Equateur : deux semaines après sa victoire, Lenín Moreno toujours pas président

Libération.fr
Des partisans de Guillermo Lasso, candidat conservateur battu, manifestent deux jours plus tard devant le siège du Conseil électoral à Quito.

Plus d'un million de bulletins vont être pointés afin de déterminer s'il y a eu une fraude lors de l'élection du 2 avril.

En Equateur, 12% des bulletins de vote du second tour de l’élection présidentielle vont être recomptés, a annoncé jeudi soir le Conseil national électoral (CNE). Le candidat battu le 2 avril, le conservateur Guillermo Lasso, avait accusé de fraude le camp du socialiste Lenín Moreno vainqueur avec 51,15% des voix. Le recomptage portera sur 1 275 450 voix, correspondant à 3 865 procès-verbaux contestés. Le candidat de l’opposition demandait de recompter 100% des voix.

L’écart minime a poussé l’éphémère ancien ministre de l’Economie et de l’Energie, un poste qu’il n’occupa qu’un mois en 1999, à dénoncer une tentative de fraude électorale. «Pour lutter contre une dictature, les votes ne suffisent pas. Il faut être dans la rue», avait affirmé Lasso sur Twitter dès le lendemain de l’élection. Selon son équipe de campagne, «une modification du serveur informatique» aurait entraîné le retrait de 800 000 voix acquises à Guillermo Lasso, tandis que Lenín Moreno aurait de son côté bénéficié d’un apport de 820 000 bulletins.

Este es solo un ejemplo de actas que demuestran inconsistencias. Han cambiado sus votos por los nuestros. pic.twitter.com/soFgCgc3y7

— Guillermo Lasso (@LassoGuillermo) 3 avril 2017

«Cela fait partie de la stratégie habituelle de la droite de rentrer dans une contestation de recomptage, surtout lorsque le scrutin est serré, analyse Christophe Ventura, chercheur associé à l’Iris et spécialiste de l’Amérique latine. Il s’agit d’attirer les médias et l’opinion publique, de créer un climat dans le pays. C’est de la scénographie. D’autant plus que Mauricio Macri et Michel Temer, présidents de droite de l’Argentine et du Brésil, ont reconnu la victoire dans les urnes de Lenín Moreno.»

Gracias Presidente @mauriciomacri. Mi vida entera por un Ecuador unido, equitativo y justo. Trabajaré sin descanso por el pueblo ecuatoriano (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Tunisie: journée de colère estudiantine après des «violences policières»
Turquie : dernier vote avant l’autocratie
Dans le camp du oui, l’ombre d’un doute
Un week-end à haut risque en Corée du Nord
Protéger les Trump, mission éprouvante et onéreuse

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages