Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg

·2 min de lecture

Une association controversée proche de la Turquie a renoncé à demander une subvention municipale pour la nouvelle mosquée de Strasbourg.

Une association controversée proche de la Turquie a renoncé à demander une subvention municipale pour la nouvelle mosquée de Strasbourg, une affaire qui a enflammé les rapports entre la mairie écologiste et le gouvernement, sur fond de tensions avec Ankara.

L'Association Millî Görüs a renoncé le 15 avril à sa demande de subvention, a annoncé la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian dans la presse régionale vendredi, indiquant que la municipalité "ne verserait donc pas en l'état de subvention pour la poursuite de la construction de la mosquée". L'affaire a suscité ces dernières semaines une intense polémique, sur fond de tensions récurrentes entre la France et la Turquie, régulièrement accusée d'ingérence, notamment par le biais d'associations comme Millî Görüs - ce que celle-ci dément.

Le 22 mars, le conseil municipal de Strasbourg avait voté le principe d'une subvention de plus de 2,5 millions d'euros destinée au chantier de la mosquée Eyyub Sultan, un énorme projet porté par la Confédération islamique Millî Görüs (CIMG) Est.

Ce vote avait suscité une vive réaction du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait reproché à la maire de financer une "ingérence étrangère". Jeanne Barseghian a pour sa part affirmé avoir conditionné cette subvention à l'adhésion des porteurs du projet aux "principes républicains".

Pour Schiappa, la mairie de Strasbourg a fait preuve de "lâcheté du début à la fin"

"Je me réjouis sur le fond que ces deux millions et demi d'euros n'aillent pas financer une association qui promeut l'islam politique", a immédiatement réagi Marlène Schiappa, ministre déléguée à la citoyenneté, sur LCI, en accusant la mairie de Strasbourg d'avoir fait preuve de "lâcheté du début à la fin". Pour autant, "je(...)


Lire la suite sur Paris Match