Epidémies, pluies extraterrestres et T.rex : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 16 avril 2021 : de nombreuses épidémies ont aussi causé plus de 100.000 morts en France, des chercheurs ont modélisé la pluie sur d'autres astres du système solaire, et un nombre gigantesque de T.rex auraient vécu sur Terre.

L'actualité du 16 avril 2021, c'est :

En santé : .

  • En France, la barre des 100.000 morts a été franchie le 15 avril 2021.

  • Parmi les épidémies les plus meurtrières en France, on peut nommer la variole, la peste noire, le choléra et la grippe espagnole.

  • Comptabilisant des centaines de millions de décès dans le monde dont plusieurs millions en France, la variole est la plus dévastatrice.

En espace :

  • Vénus, Jupiter, Saturne ou encore Titan, le plus gros satellite de Saturne, connaissent aussi des ondées qui seraient assez semblables aux nôtres, bien que composées d'autres éléments que l'eau.

  • La taille des gouttes est contrainte par la gravité sur l'astre, donc sa masse, mais aussi par la hauteur de leur chute.

  • Ces travaux vont permettre d'améliorer la modélisation de la circulation atmosphérique des planètes, qui est essentielle pour l'étude des exoplanètes.

En paléontologie :

  • Pour faire un tel calcul, l'équipe de paléontologue a utilisé la "loi de Damuth", qui relie la masse corporelle à la densité de population d'animaux vivants et des données publiées par John Damuth de l'Université de Californie à Santa Barbara.

  • Durant les 2,5 millions d'années d'épanouissement de cette espèce, la population moyenne permanente de T.rex aurait avoisiné les 20.000 individus, avec un total d'individus compris entre 140 millions et 42 milliards.

  • Cet écart entre la limite haute et la limite basse s'explique par les données et les paramètres qui sont pour la plupart des estimations.

En santé :

  • Actuellement, c'est l'un des deux vaccins les plus efficaces, avec 95% de résistance au virus.

  • Les personnes ayant reçu le vaccin de Pfizer auront probablement besoin d'une troisième dose d'ici six mois à un an, puis sans doute d'une injection par an.

  • Les variants pourraient jouer un rôle clé, car la durée de réponse des anticorps pourrait diminuer selon le variant.

En nature :

  • Des chercheurs se sont intéressés au rôle que joueraient certaines bactéries sur le développement du maïs, [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi