Epic, la bataille du royaume secret (Disney+) : Les combats héroïques d'Avatar dans le monde de Microcosmos

·1 min de lecture

Réalisateur phare des studios Blue Sky, Chris Wedge (L'Age de glace, Robots, Monster Cars) plonge dans le monde de l'infiniment petit, à la recherche d'un peuple minuscule et gracieux qui vit sous les feuillages et garde la forêt. Sorti en mai 2013, Epic : La bataille du royaume secret a attiré 1,1 million de curieux dans les salles, moitié moins que L'âge de glace. Il est disponible sur la plateforme Disney+ : l'occasion de (re)découvrir cette aventure héroïque et fantastique dont le message écolo est serti dans un écrin somptueux. Voilà 5 bonnes raisons de regarder ce très beau livre d'images animés.

On a tous rêvé, enfants, de combats titanesques et de mondes merveilleux contenus dans un espace minuscule et c’est ce que nous offre ce bijou d’animation en 3D qui déploie l’intrigue et les batailles épiques d’Avatar dans le monde de Microcosmos, le peuple de l'herbe ou d'Arthur et les Minimoys. Epic est tiré d'un livre pour enfants de William Joyce mais l'idée du film est venue à Chris Wedge lors d'une exposition de tableaux du XIXe siècle : « Les toiles étaient inspirées par l’idée magique de petits êtres vivant dans les arbres et les buissons. C’étaient des mondes magnifiques, et cela m’a donné envie de faire un film sur ce thème », révèle-t-il.

La jeune héroïne est une ado rebelle, de retour chez son père, qui a tout sacrifié pour son obsession du petit peuple des bois auquel il est le seul à croire. Propulsée par magie au cœur de ce monde secret, elle va les aider à sauver (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Sherlock Holmes (TF1 SF) : Le célèbre détective a t-il réellement existé ?
Disney+ : les nouveautés de la semaine du 5 au 11 février
Programme TV accessibles : notre sélection de films et séries en audiodescription du 6 au 12 février
#JeSuisLà (Canal+) : focus sur Doona Bae, l'héroïne du film avec Alain Chabat
Emily Ratajkowski s'amuse de son baby bump : "Je me sens comme Winnie l'ourson" (PHOTO)