Envoyer des spermatozoïdes sur la Lune : pour quoi faire ?

Par Chloé Durand-Parenti
·1 min de lecture
À côté de la Terre, la Lune, monde figé et jusqu’ici dépourvu d’habitants, parait éminemment plus sûre pour conserver les précieux échantillons de la biodiversité.
À côté de la Terre, la Lune, monde figé et jusqu’ici dépourvu d’habitants, parait éminemment plus sûre pour conserver les précieux échantillons de la biodiversité.

Faire de la Lune, une arche de Noé regroupant des graines, des spores, des ?ufs fécondés, des ovules, des spermatozoïdes et autres échantillons d'ADN d'un maximum d'espèces animales et végétales terrestres : c'est l'idée défendue par un ingénieur du département de génie aérospatial et mécanique de l'université de l'Arizona (États-Unis) Jekan Thangavelautham, lors de la dernière conférence internationale annuelle IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) Aerospace, organisée en mode virtuel en ce mois de mars 2021. Un projet qui peut paraître un peu fou, mais qui ne manque pas d'intérêt.

En effet, s'il existe déjà une réserve mondiale de semences conservées dans une chambre forte souterraine sur une île norvégienne de l'archipel du Svalbard, une fuite d'eau liée à la hausse des températures et à la fonte du pergélisol a bien failli conduire à sa perte il y a 3 ans. Or, compte tenu des évolutions climatiques à venir, ce genre de problème risque fort de se reproduire. Et ce n'est pas le seul péril qui menace une telle collection sur Terre. Les guerres, la pollution mais aussi une grande variété de catastrophes naturelles font courir de sérieux risques à ce précieux patrimoine. À côté, la Lune, monde figé et jusqu'ici dépourvu d'habitants, paraît éminemment plus sûre. Surtout si l'on décide d'abriter cette réserve de la biodiversité terrestre dans le réseau de tunnels de lave souterrain, vestige du volcanisme lunaire, qui a été découvert à sa sur [...] Lire la suite