Envoyé spécial : "écœurant", "insupportable", un reportage sur les agriculteurs cambriolés indigne la Toile

Sarah M.
·3 min de lecture
"Délinquance : agriculteurs à bout de nerfs", voilà le sujet de société traité ce jeudi 18 février par les équipes d’Envoyé Spécial. Un sujet sous haute tension qui a mis en lumière les nombreux vols en tout genre que subissent chaque jour de nombreux agriculteurs français. Sur Twitter, les faits ont provoqué une vive indignation.

"Délinquance : agriculteurs à bout de nerfs", voilà le sujet de société traité ce jeudi 18 février par les équipes d’Envoyé Spécial. Un sujet sous haute tension qui a mis en lumière les nombreux vols en tout genre que subissent chaque jour de nombreux agriculteurs français. Sur Twitter, les faits ont provoqué une vive indignation.

Il y a quelques mois, c’est la série noire des terribles mutilations de chevaux survenues un peu partout dans l’Hexagone qui a provoqué émoi et indignation. Mais dans nos campagnes, un autre fléau inquiète. Entre vols de poules, de moutons, de fruits et légumes ou encore de carburant et antennes GPS, de nombreux agriculteurs sont confrontés à une forme de délinquance de plus en plus fréquente. Face à cet inquiétant constat qui provoque d’importantes pertes financières, chacun prend ses dispositions, comme le prouvent les images du nouvel épisode d’Envoyé Spécial, ce jeudi 18 février.

VIDÉO >> Campagne : la détresse des agriculteurs face aux vols de matériels

Une série de vols "insupportable"

Cette fois donc, les caméras du magazine de France 2 ont suivi le quotidien de plusieurs éleveurs, notamment ceux victimes de vols de moutons en Loire-Atlantique. Parmi eux, Willem a décidé de s’armer à sa façon contre la menace. Eleveur de moutons et de brebis dans l’arrière-pays nantais, il monte la garde chaque nuit dans ses terres afin de surveiller son troupeau et d’éviter tout risque de vol de ses bêtes. "Ça ne veut pas dire qu’on est tranquille jusqu’à demain matin" lâche Willem, résigné.

Une nuit d’avril 2020, la vigilance de la nièce de l’éleveur a permis l’arrestation de voleurs de bêtes. Dans l’une des voitures arrêtées par les gendarmes, trois brebis ont été retrouvées, terrifiées sur la banquette arrière. Elles sont mortes seulement quelques jours plus tard. Chaque année, Willem constate une cinquante de disparitions dans son troupeau. Et malgré les interpellations, les vols continuent.

Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet

Le sort des agriculteurs français inquiète

Face à ces nombreux vols qui surviennent dans plusieurs régions françaises, les agriculteurs comme Willem tentent de prendre les choses en main. Une cinquantaine d’éleveurs ont ainsi fondé une association baptisée Le collectif des éleveurs pillés. Parmi eux, Vivien, 29 ans, est d’ores et déjà découragé par les nombreux vols dont il a été victime, alors même qu'il est à l'aube de sa vie professionnelle : "Je viens juste de m’installer. Mais franchement, ça dégoûte."

En plus du traumatisme psychologique, les agriculteurs accusent le coup d’importantes pertes financières. Alors que leur situation d’origine est parfois des plus précaires. Un terrible constat qui a interpellé les internautes.

Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet

Sur Twitter, certains utilisateurs ont par ailleurs tenté d’attirer l’attention sur les conditions de travail des agriculteurs, interpellant les hautes sphères de l’Etat. Entre espoir et pessimisme…

Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet

En attendant, de nombreuses gendarmeries continuent de mener l’enquête. Au cours de l’année 2020, et malgré les confinements successifs, "plus de 200 équipement ont été dérobés en France" précisent toutefois les journalistes d’Envoyé Spécial…

Ce contenu pourrait également vous intéresser :