«Envoyé Spécial» s'intéresse au GHB, «drogue du viol» devenue «drogue festive»

© France 2

C'est une substance revenue dans l'actualité : le GHB. Avec le phénomène des piqûres, des jeunes femmes et hommes se plaignant d'avoir été piqués pendant des soirées et des festivals, les soupçons se portent sur "la drogue du violeur", bien qu'on ignore encore quels produits injectés. Mais il n'y a pas qu'avec ces piqûres que le GHB fait parler de lui. Envoyé Spécial  s'intéresse jeudi soir à cette drogue de plus en plus répandue, avec un reportage intitulé GHB : la peur du samedi soir.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"On s'est intéressé au GHB parce que c'est un produit dont on entend de plus en plus parler dans l'actualité", explique à Europe 1 Eugénie Yvrande, la réalisatrice du reportage. "Il y a eu notamment les pages Instagram 'Balance ton bar' qui ont commencé à émerger avec beaucoup de témoignages de personnes victimes de soumission chimique, dans le but soit d'être violées, soit d'être dépouillées. C'est aussi une drogue qui est utilisée de manière festive par des consommateurs, c'est quelque chose qui a nous a beaucoup étonnés."

Soumission chimique et usage festif

Envoyé Spécial a également recueilli le témoignage d'un homme drogué à son insu par deux agresseurs, avant d'être dépouillé. Ils sont parvenus à lui faire retirer de l'argent, à s'inviter chez lui et repartir avec un gros butin. Une méthode bien rodée et pratiquée pendant un an par ces deux hommes.

Dans ce reportage, on com...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles