"Envoyé spécial" dénonce les méthodes de Dentexia

Atelier des modules, franceinfo

Au départ, Philippe Roux n'avait qu'un bridge de trois dents à remplacer par des implants. Des soins non remboursés par la Sécurité sociale. Il s'adresse à un dentiste libéral, mais le devis est trop élevé pour sa petite retraite. Chez

Dentexia, un cabinet dentaire d'un nouveau genre, on lui vend un merveilleux projet : une restauration complète de sa dentition. C'est la politique de ces centres dentaires : la "réhabilitation globale de la bouche".

Les "conseillères cliniques" sont en fait des "assistantes commerciales"

Devant la promesse de retrouver le sourire de sa jeunesse, Philippe signe pour 13 implants. Mais finalement, le devis est plus élevé que celui de son dentiste libéral : 14 944 euros, les économies de toute une vie, à régler de sa poche et tout de suite. Chez Dentexia, on paye avant de se faire soigner. Crée en 2011, Dentexia est un pionnier. Ce n'est pas une entreprise, mais une association à but non lucratif. Mais selon une employée qui s'est confiée aux caméras d'Envoyé Spécial, derrière la vitrine d'une gestion désintéressée, les "conseillères cliniques" chargées de recevoir les patients sont en fait des "assistantes commerciales" chargées de faire du chiffre.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Contraception : le planning familial réclame une pilule sans ordonnance
Sciences : des agneaux prématurés grandissent dans un utérus artificiel
Médecine : la consultation chez le généraliste passe à 25 euros dès le 1er mai
Intoxication alimentaire : quels signes d'alerte ?
"Diabétiquement vôtre" : le quotidien d'un diabétique de type 1

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages