"Envoyé Spécial": Cet adjoint d'Anne Hidalgo craque quand il découvre les pressions exercées sur des sous-traitants de la ville

Rédaction Le HuffPost
Cet adjoint d'Anne Hidalgo craque quand il découvre les pressions qui pèsent sur des sous traitants de la ville.

POLITIQUE - Christophe Najdovski a moyennement apprécié d'être mis en face des dures réalités qu'implique la sous-traitance du contrôle au stationnement par les journalistes d'"Envoyé Spécial". Adjoint d'Anne Hidalgo en charge des transports à la mairie de Paris, l'élu EELV a perdu ses nerfs quand il a découvert les pressions exercées sur les employés de Streeteo, entreprise en charge des infractions au stationnement payant sanctionnées par FPS (forfait post-stationnement) dans la capitale.

Course au chiffre, manipulations, pressions sur les employés pour remplir les objectifs fixés par la municipalité... Le magazine d'Elise Lucet lève le voile sur les pratiques douteuses du sous-traitant.

Alors, quand le journaliste de l'émission demande des comptes à Christophe Najdovski, ce dernier a du mal à cacher son exaspération. "On ne peut avoir l'oeil sur tout", se défend d'abord l'élu EELV, promettant que des "instances" de contrôle existent pour suivre le sort de ces employés portant les couleurs de la municipalité. Mais après avoir découvert des SMS que des employés de Streeteo ont reçu en pleine nuit pour leur reprocher leur manque de résultats, l'adjoint d'Anne Hidalgo a littéralement explosé.

"Évidemment que je peux pas être au courant de tout. Enfin merde quoi, vous faites chier!", s'est-il emporté (vidéo ci-dessous).

Des explications qui n'ont pas du tout convaincu l'élue d'opposition Danielle Simonet. "Non, vous ne pouvez ignorer que Streeteo est une entreprise de voyou ! Il faut rompre le contrat et remunicipaliser le contrôle du stationnement ", a accusé sur Twitter l'élue insoumise.

À voir également sur...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post