Envisagé par le gouvernement, à quoi ressemble le confinement "à l'irlandaise"?

Robin Verner
·3 min de lecture

La France attend l'allocution du président de la République ce mercredi soir pour connaître le dispositif arrêté par le gouvernement pour lutter contre la diffusion de la deuxième vague de coronavirus. La population irlandaise, elle, est de nouveau confinée depuis le 21 octobre.

Ce mercredi soir, sur les coups de 20 heures, les Français sauront s'ils doivent à nouveau se replier chez eux pour aider le pays et les services de santé à faire face au Covid-19. En effet, lors d'une allocution, Emmanuel Macron doit annoncer la décision de l'exécutif. Et le confinement généralisé de la population, mais moins rigide qu'en mars, figure en bonne place parmi les options possibles. L'hypothèse d'un "reconfinement à l'irlandaise" est notamment évoquée.

Six semaines

Lundi 19 octobre, depuis sa résidence officielle, Micheal Martin, Premier ministre de la République d'Irlande, a indiqué à ses concitoyens qu'il faudrait à nouveau se confiner. La mesure est entrée en vigueur le mercredi 21 octobre à minuit.

"Nous demandons à tout le monde de rester chez soi", a-t-il lancé. "Beaucoup de gens ont fait tout ce qui leur avait été demandé mais d'autres non. En tant que Taoiseach (mot gaélique désignant le Premier ministre, NDLR), je vous demande une nouvelle fois à tous de prendre cette menace au sérieux", a-t-il ajouté, selon un compte-rendu de The Independent.

"Si chacun d'entre nous fait ce qui est exigé de nous pendant six semaines, nous éliminerons ce virus et nous sortirons de ces restrictions au 1er décembre", a-t-il promis.

Les écoles et les crèches restent ouvertes

Ces restrictions, quelles sont-elles? Tout le monde doit donc rester à son domicile, ne pouvant se déplacer que dans un rayon de 5 kilomètres autour de celui-ci. Les contrevenants sont sanctionnés par des amendes. Seuls les travailleurs employés à des tâches primordiales peuvent excéder cette distance dans le cadre de leurs fonctions. Les commerces essentiels sont en revanche restés ouverts, comme les écoles et les crèches, ou encore les parcs et aires de jeux (moyennant le respect des règles sanitaires, dont la distanciation physique).

Parmi les nombreuses enseignes ou institutions qui, elles, ont dû fermer, on trouve les musées et l'ensemble des lieux culturels. Les transports en commun fonctionnent à 25% de leurs capacités. Les bars et restaurants peuvent livrer ou vendre des plats à emporter mais ne peuvent pas accueillir la clientèle.

Les réunions familiales, amicales ou sociales, dans "les maisons comme dans les jardins" précisent les dispositions relayées ici par l'Irish Mirror, sont interdites. L'exécutif a tout de même validé quelques exceptions.

Des mariages encore possibles mais à l'affluence très limitée

Il est ainsi toujours possible d'organiser des mariages, dans la limite de 25 invités, ou des funérailles. Au cas par cas, il demeure également possible de visiter ses proches s'ils sont vulnérables et en détresse, menacés par l'isolement ou encore éprouvent des problèmes mentaux.

Le gouvernement a signalé le renforcement des aides spécifiques afin de venir en aide aux personnes dont la situation économique est directement altérée par le confinement. Celles-ci sont chiffrées à 200 millions d'euros par semaine.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :