Environnement : le réchauffement climatique vu du ciel, en parapente

Le bruit du vent qui glisse dans les oreilles, ou la sensation d'être un oiseau au-dessus du glacier de Chamonix (Haute-Savoie) : c'est le voyage que propose Nicolas Plain, polytechnicien passionné de parapente et d'écologie. Le jeune explorateur invite les scientifiques du monde entier à voler avec lui. "Il y a beaucoup d'émotions. Il y a une émotion qui est énorme pour les invités, même ceux qui ont déjà fait le vol mais encore plus pour ceux qui n'ont jamais volé", explique le passionné. La nature sous un autre angle Nicolas a invité un glaciologue renommé à voler avec lui : une première pour le scientifique Luc Moreau, pas très rassuré. "C'est mon premier grand vol, oui", admet-il. Le parapente est utilisé comme une sorte de révélateur d'émotions. En passant au-dessus du glacier, la structure de la glace apparaît. Les écoulements sont visibles, la nature se révèle sous un autre angle.