Environnement. Un monde sauvage de plus en plus lointain

·1 min de lecture

Si la pandémie est venue conforter les aspirations de beaucoup à vivre plus près de la nature, la représentation que l’on se fait de cet environnement est souvent erronée, observe l’hebdomadaire catholique libéral polonais Tygodnik Powszechny.

La plupart d’entre nous n’avons pas conscience du fait que les animaux sont tout près de nous et qu’ils nous observent plus souvent que nous ne les voyons. Cependant, nous connaissons avec précision la distance dont nous voudrions être séparés d’eux : 11 kilomètres. C’est la moyenne des résultats d’une enquête conduite par l’animatrice spécialisée en environnement [et biologiste] Marta Jermaczek-Sitak sur la distance tolérée entre domicile et animaux. Avec 11 kilomètres, le castor a en réalité obtenu le meilleur score, suivi par le bison (16 kilomètres), le loup (31 kilomètres), l’ours (41 kilomètres) et enfin, la vipère péliade (52 kilomètres). Si l’on dessinait de tels rayons autour des zones d’habitation en Pologne, les animaux sauvages n’auraient plus aucune place dans le pays.

“Ces réponses révèlent un manque de connaissance de la nature, commente Marta Jermaczek-Sitak. Les castors se déplacent peu et ne menacent personne, pas même dans un rayon de centaines de mètres. En revanche, les loups peuvent parcourir des dizaines de kilomètres en une nuit.

Néanmoins, les personnes interrogées avaient aussi déclaré vouloir laisser sans intervention humaine un cinquième du territoire national et en majorité, elles ont une appréciation positive du terme “sauvage”, associé aux forêts, au naturel, ou encore aux zones humides. Elles apprécient en outre les bénéfices de la nature pour la santé et y voient une source d’expériences spirituelles, voire de fierté patriotique.

Le câlin ou le fusil

“Dans le village où je vis, dans l’ouest de la Pologne, de nombreuses maisons sont construites en lisière de forêt, mais dans le même temps, la biophobie se développe, témoigne Marta Jermaczek-Sitak. On le voit notamment sur les forums de jardinage où participent des gens qui veulent vivre entourés de verdure, mais dont les principales questions portent sur la lutte

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles