Environnement. L’Australie divisée par l’abattage de chevaux sauvages

·1 min de lecture

Malgré une procédure judiciaire engagée par une association de sauvegarde de la race Brumby, ces chevaux trop nombreux pour la faune et flore locales seront tués ou déplacés, raconte le quotidien australien The Age.

L’abattage des chevaux Brumby va pouvoir débuter sur le plateau Bogong, une zone du parc national alpin de l’État de Victoria, dans le sud-est de l’Australie.

Ces chevaux néo-sauvages à la robe baie, descendants des équidés européens débarqués avec les colons sur le continent insulaire, sont de plus en plus nombreux dans la région et constituent une menace pour ses écosystèmes naturels fragiles, explique le quotidien local The Age. En cause, notamment, leur alimentation et leurs sabots – durs, à l’inverse des pattes de kangourous, par exemple. “Entre autres dégâts, ils détruisent un habitat essentiel pour de nombreuses espèces menacées de plantes et d’animaux, par exemple le scinque alpin et l’écrevisse épineuse, perturbent les voies d’eau et altèrent la végétation fragile.”

À lire aussi: Découverte. Comment un cheval robuste et docile a conquis la planète

L’agence de l’État responsable de la gestion des parcs nationaux, Parks Victoria, a annoncé le 1er novembre le prochain lancement de cette campagne controversée, amorcée en 2019 mais depuis bloquée par des recours en justice. Les bêtes seront abattues par des “chasseurs professionnels” dans “des zones écologiques sensibles”. Les chevaux seront retirés du plateau Bogong et leur nombre considérablement réduit dans le reste du parc.

“Les scientifiques accueillent favorablement le plan [d’abattage] établi sur dix ans”, affirme The Age. La population de Brumby a explosé ces dernières

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles