Environnement. Au Liban, les poissons toxiques d’un lac pollué se retrouvent sur les étals

L’Orient-Le Jour (Beyrouth)
·1 min de lecture

Depuis quelques jours, les eaux polluées du lac Qaraoun, le plus grand lac artificiel du Liban, rejettent des poissons morts par dizaines. Pourtant, on en retrouve sur certains marchés de Beyrouth.

Un “égout à ciel ouvert”. C’est ainsi qu’un expert cité par L’Orient-Le Jour décrit aujourd’hui le lac Qaraoun, le plus grand lac artificiel du Liban, qui s’étend sur 12 km2 dans la plaine de la Bekaa.

Mercredi 27 avril, l’Office national du Litani, l’institution publique chargée de la gestion du fleuve du même nom, le plus long du pays et qui alimente le lac, a posté une vidéo dans laquelle on voit des dizaines de poissons morts flottant à la surface de l’eau ou échoués sur les rives.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À ce “désastre écologique” s’ajoute une menace pour la santé publique. En effet, une partie de ces poissons morts “sont revendus sur des marchés beyrouthins, au risque de provoquer des maladies mortelles”, explique au quotidien libanais le directeur de l’Office national du Litani, Sami Alaouiyé.

De nombreux Syriens, dont des enfants, ont commencé à repêcher les poissons morts pour le compte de commerçants libanais, qui les revendent sur les marchés de la Quarantaine et de Sabra, à Beyrouth. Les poissons sont présentés comme ayant été pêchés dans des rivières.”

À lire aussi: Décharge. Des milliers de barils d’insecticide reposent au large des côtes californiennes

Pollution toxique

Mais qu’est-ce qui tue ces poissons ? L’Orient-Le Jour propose deux explications. Pour le directeur de l’Office du Litani, il pourrait s’agir d’un “virus saisonnier”. Mais un chercheur

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :