Environnement: les Émirats arabes unis affichent leur engagement

·1 min de lecture

En tournée pour préparer le prochain sommet international sur le réchauffement climatique, l'émissaire des États-Unis pour le climat John Kerry s'est arrêté à Abou Dhabi. La capitale fédérale des Émirats arabes unis accueille en effet ce dimanche un dialogue régional sur l'action climatique. Une occasion aussi pour les pays du Golfe de verdir leur image.

Avec notre correspondant à Dubaï, Nicolas Keraudren

Pour Abou Dhabi, le dialogue régional sur l'action climatique est une vitrine de son engagement environnemental. Samedi, le « Monsieur climat » des États-Unis John Kerry a d'ailleurs visité le plus grand parc solaire du monde situé dans la capitale émirienne. Les Émirats arabes unis se positionnent en effet comme l’un des États pionniers de l’énergie renouvelable. Le pays est d'ailleurs le premier de la région à avoir mis en place une stratégie énergétique dès 2017.

Car les Émirats arabes unis, comme les autres pétromonarchies de la région, préparent l'après-pétrole. Les autorités du Golfe multiplient donc les « initiatives vertes ».

La semaine dernière par exemple, l'Arabie saoudite a aussi annoncé un vaste programme climatique. En plus des dix milliards d'arbres que le prince héritier Mohammed ben Salman veut planter en dix ans, le royaume souhaite aussi réduire ses émissions de CO2 en faisant passer à 50% la part des énergies renouvelables dans sa consommation énergétique d'ici à 2030.