Environ 20% du territoire ukrainien contrôlé par les forces russes, selon Zelensky

Près de 125.000 km2 du pays sont occupés par l'opposant russe, a déclaré le président ukrainien ce jeudi.

Les forces russes contrôlent actuellement "environ 20%" du territoire ukrainien, soit près de 125.000 km2, a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dans une adresse au Parlement luxembourgeois. "Aujourd'hui, environ 20% de notre territoire est sous contrôle des occupants, (soit) près de 125.000 km2, c'est beaucoup plus que le territoire de tous les pays du Benelux", a-t-il déclaré.

Par comparaison, les forces russes contrôlaient, avant l'invasion de l'Ukraine le 24 février, "plus de 43.000 km2", a-t-il ajouté. Les forces russes contrôlaient en effet depuis 2014 la péninsule de Crimée, annexée par Moscou, et, avec les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine, environ le tiers du bassin minier du Donbass.

Le président ukrainien n'a toutefois pas détaillé ce qui était inclus dans le nouveau chiffre de 125.000 km2.

Des combats en cours dans le Donbass

Les Russes ont, depuis le début de l'invasion, pris le contrôle de certaines régions du sud de l'Ukraine - l'essentiel de la région de Kherson et une partie de celle de Zaporijjia - et progressé lentement dans le Donbass, dans l'est du pays, avec notamment la prise de Marioupol, à la pointe sud-est.

Leur ambition affichée est de prendre le contrôle de l'intégralité des deux régions qui composent le Donbass, celles de Donetsk et de Lougansk, où les combats font rage actuellement.

Un des négociateurs russes sur le conflit en Ukraine a évoqué mercredi la prochaine organisation de référendum dans les territoires occupés par les Russes, en vue d'une annexion, qui pourraient avoir lieu en juillet.

Après avoir tenté de s'en emparer, les forces russes se sont en revanche retirées fin mars de la région de Kiev, où elles ont subi de lourdes pertes, et partiellement de la région de Kharkiv, au nord du Donbass.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Les Ukrainiens sont condamnés à attendre que Monsieur Poutine accepte un cessez-le-feu"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles