Entretien avec Pierre-André Taguieff, première partie : qu'est-ce que l'islamo-gauchisme ?

·1 min de lecture

Les déclarations de Frédérique Vidal sur l'"islamo-gauchisme" à l'université ont créé la polémique. À travers un entretien en trois parties, " Marianne " donne la parole à Pierre-André Taguieff qui a travaillé à forger le terme au début des années 2000. Dans cette première partie, le philosophe et politologue analyse l'initiative de la ministre de l'enseignement supérieur et revient aux sources du concept d'"islamo-gauchisme".

Plutôt discrète sur la gestion de la crise sanitaire, Frédérique Vidal s'est offert un moment d'exposition médiatique en dénonçant la montée de l'" islamo-gauchisme " à l'université. En proposant, le 16 février, de confier au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) une enquête sur " l'ensemble des recherches " qui se déroulent en France, la ministre de l'enseignement supérieure s'est attiré les foudres d'une partie du monde universitaire. Au premier rang desquels le CNRS lui-même, assurant dans un communiqué que, " s'il pourra participer à la production de l’étude ", l'islamo-gauchisme " ne correspond à aucune réalité scientifique. "Mais la ministre n'est pas la première à s'inquiéter d'un tel phénomène. En octobre dernier, dans le sillage de l'attentat contre Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer avait déclaré sur Europe 1 que " l'islamo-gauchisme " faisait " des ravages à l'université. " Dans la foulée, une centaine d'universitaires le soutenaient et alertaient dans Le Monde : " Il serait temps de nommer les choses et aussi de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Comment allier les Lumières et la pensée écologique ? Entretien avec Corine Pelluchon

André Vallini : "Tous les jours, je crains une nouvelle affaire d'Outreau"

Entretien avec Pierre-André Taguieff, troisième partie : "les censeurs jouent les censurés"

Entretien avec Pierre-André Taguieff, deuxième partie : la posture " islamo-gauchiste " à l'université

"J’écris avec ce que je vois, ce que j’entends" : entretien avec Lyonel Trouillot, représentant des lettres haïtiennes