Entretien avec Pierre-André Taguieff, deuxième partie : la posture " islamo-gauchiste " à l'université

·1 min de lecture

Les déclarations de Frédérique Vidal sur l'" islamo-gauchisme " à l'université ont créé la polémique. À travers un entretien en trois parties, " Marianne " donne la parole à Pierre-André Taguieff qui a travaillé à forger le terme au début des années 2000. Dans cette deuxième partie, le philosophe et politologue décrit les manifestations de la posture " islamo-gauchiste " à l'université.

L'" islamo-gauchisme " gangrène-t-il l'université ? Marianne se propose de revenir aux sources de ce débat à travers un entretien fleuve avec Pierre-André Taguieff. Au début des années 2000, alors que la deuxième Intifada éclatait, le philosophe s'est attelé à conceptualiser " l'islamo-gauchisme. " Après en avoir donné sa définition, il détaille dans cette deuxième partie les manifestations de la posture " islamo-gauchiste " à l'université et les départements les plus affectés à ses yeux.À LIRE : Première partie de l'entretien : qu'est-ce que l'islamo-gauchisme ?Marianne : Pour que nos lecteurs s’en fassent une idée, avez-vous des exemples précis de manifestations de l’islamo-gauchisme à l’université ?Pierre-André Taguieff : Il faut distinguer analytiquement la question des contenus des enseignements de celle des pratiques de censure, d’intolérance, de refus du pluralisme et de la discussion libre. L’un des indices de la posture islamo-gauchiste est la dénonciation véhémente de la laïcité, réduite à une expression du " racisme anti-musulmans " ou de l’islamophobie et dénoncée comme...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

André Vallini : "Tous les jours, je crains une nouvelle affaire d'Outreau"

Entretien avec Pierre-André Taguieff, troisième partie : "les censeurs jouent les censurés"

"J’écris avec ce que je vois, ce que j’entends" : entretien avec Lyonel Trouillot, représentant des lettres haïtiennes

Entretien avec Pierre-André Taguieff, première partie : qu'est-ce que l'islamo-gauchisme ?

Y a-t-il un flic pour sauver la Police ? Entretien avec Alexandre Langlois