"Les entreprises rendront"... sans payer plus d'impôts : la pirouette de Le Maire sur la dette Covid

·1 min de lecture

Le ministre de l'Economie a fait mine de défendre une mise à contribution des entreprises pour rembourser la dette publique, ce lundi 22 mars. Mais la mesure qu'il propose serait en fait indolore pour les sociétés, tandis que le cap général reste axé sur la maîtrise des dépenses et les réformes.

Un juste renvoi d'ascenseur ? Ce lundi 22 mars, Bruno Le Maire a semblé défendre une mise à contribution des entreprises pour amortir la dette contractée face au Covid-19, lors d'un débat à l'Assemblée nationale. Le ministre de l'Economie y a dévoilé une proposition inédite : flécher une partie de l'impôt sur les bénéfices des sociétés vers le remboursement de ce passif, qui a alourdi l'ardoise de l'Etat de 140 milliards d'euros depuis mars 2020. Selon le patron de Bercy, cette mesure se justifierait par le large soutien public apporté aux entreprises. "Nous les avons protégées, nous avons évité des faillites, nous avons apporté des prêts garantis par l’État, nous avons exonéré les charges, nous avons pris en charge les salaires grâce à l’activité partielle, énumère Bruno Le Maire face aux députés. Bref, nous avons permis aux entreprises de résister à cette crise". En mobilisant une partie des bénéfices qu'elles enregistreront à la sortie de la pandémie, "les entreprises rendront ainsi ce qu’elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l’État", poursuit le ministre.Est-ce à dire que les sociétés verront leur niveau d'impôt augmenter ? Pas du tout, rassure très vite...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République