Entreprises : l’art savant du télétravail

Dans une entreprise d’intérim filmée par France Télévisions, on se relaye pour télétravailler : au moins un salarié sur cinq vient au bureau chaque jour. L’entreprise fonctionne à son rythme de croisière en faisant travailler 20 000 intérimaire par mois, et tout n’est pas dématérialisable, notamment car "il y a pas mal d’entreprises qui continuent à payer par chèque […] et donc on ne peut pas faire autrement que de les traiter physiquement", explique Hugues Berly, le directeur administratif et financier. Aussi, l'une des aide-comptables est sur le site trois fois par semaine pour encaisser les chèques ; sa présence est indispensable. S’organiser Ces temps-ci, les employés les plus nombreux sont ceux du service juridique. Alexia Patureau, juriste, emporte chez elle ses dossiers deux jours par semaine, et reconnaît qu’elle aurait du mal à être "à 100% en télétravail". Pour ces raisons, le PDG, Alexandre Pham, veut garder la main sur l’organisation du télétravail. "On essaye de faire au maximum au cas par cas", ajoute ce dernier. Les négociations sur le télétravail entre syndicats et patronat devraient se conclure lundi 23 novembre.