Entreprises en difficulté : l'État envisage d'effacer partiellement leurs dettes

De nombreuses entreprises françaises sont submergées de dettes qu’elles ne parviennent plus à rembourser. Face à cette situation problématique, le gouvernement pourrait décider d’étaler, voire d’effacer une partie d’entre elles. Cela constituerait une bouffée d’oxygène pour les intéressés, à l’instar de Séverine Martin. En mars 2020, elle a lancé son entreprise de cosmétiques biologiques. Un an après, elle a accumulé 165 000 euros de dettes. 135 000 euros de dettes Parmi ces 135 000 euros, se trouvent les 35 000 euros d'un prêt garanti par l’État (PGE). Or, Séverine Martin ne peut pas rembourser son PGE à moins de licencier du personnel : "C’est obligatoire parce qu’on n’aura pas la capacité de maintenir à la fois les emplois et rembourser les échéances de prêts." L’initiative de l’exécutif serait donc une excellente nouvelle pour elle. En effet, les annulations de créances pourraient concerner la dette fiscale, les cotisations sociales mais aussi les dettes aux fournisseurs et les emprunts bancaires, comme les PGE. De leur côté, les banquiers devraient discuter avec des représentants de l’État et des commissaires aux comptes pour décider, au cas par cas, l’annulation de certaines dettes.