Une entreprise espagnole de livraison de repas à domicile accusée de travail dissimulé

En Espagne, l'inspection du travail inflige une amende de 79 millions à l'entreprise de livraison de repas Glovo. Celle-ci aurait dû salarier ses livreurs au lieu de les employer comme indépendants, selon la loi espagnole.

De notre correspondante à Madrid, Elise Gazengel

79 millions d'euros, c'est ce que devra payer Glovo - cette entreprise barcelonaise de livraison de repas à domicile, leader sur le marché espagnol. Il s'agit en fait de la première amende imposée pour travail dissimulé, un an après l'entrée en vigueur de la loi « rider » censée protéger le droit du travail des livreurs.

L'inspection du travail calcule que justement 10 000 de ces travailleurs - 8 000 à Barcelone et 2 000 à Valence - auraient dû être salariés depuis cette loi et non plus être indépendants.

La ministre du Travail, Yolanda Diaz, avait pourtant prévenu en août dernier. Ce mercredi 21 septembre, elle insiste : « le poids de la loi tombera sur cette entreprise », a-t-elle menacé en précisant que la situation de ces 10 000 travailleurs était régularisée et que son ministère ne s'arrêterait pas tant que la loi ne serait pas respectée.

De son côté, Glovo n'a pas encore réagi mais cette amende pourrait porter le coup de grâce à l'entreprise puisque la somme représente 15% de son chiffre d'affaires.

►À lire aussi : Procès Deliveroo: le modèle des plateformes menacé


Lire la suite sur RFI