Une entreprise allemande va débarrasser des marchandises dangereuses du port de Beyrouth

·1 min de lecture

Presque quatre mois après la double explosion qui a fait 200 morts et plus de 6 500 blessés à Beyrouth, le Liban a signé un contrat avec une entreprise allemande pour débarrasser le port de la capitale de 49 conteneurs renfermant des matières chimiques inflammables.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Entreposés depuis des décennies dans une zone à ciel ouvert dans le port de Beyrouth, ces conteneurs transportaient des acides corrosifs qui peuvent être très dangereux. Le directeur du port par intérim Bassem al-Kaissi a prévenu dans des déclarations à la presse que « Beyrouth serait rasée » si ces matières venaient à prendre feu.

Son prédécesseur Hassan Koreytem est incarcéré depuis trois mois dans le cadre de l’enquête sur l’explosion de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium, entreposés dans un hangar du port, sans aucune précaution.

Le transporteur allemand Combi Lift a déjà commencé à évacuer les conteneurs quelques jours après la signature d’un contrat avec l’État libanais, le 11 novembre, pour un montant de 3,5 millions de dollars. Combi Lift doit transporter ces matières chimiques dans des conteneurs spéciaux vers une destination qui n’a pas été précisée.

Les Libanais sont traumatisés depuis la catastrophe du 4 août qui a détruit une partie de leur capitale. Ce drame a braqué les projecteurs sur le non-respect par les autorités concernées des mesures de précaution dans le stockage de produits qui peuvent représenter un danger.

L’armée libanaise a procédé il y a quelques semaines à l’évacuation de quatre tonnes de matériaux dangereux dans la plus grande centrale électrique du pays, à 10 kilomètres au nord de Beyrouth.