Les entrepreneurs africains à la conquête du marché japonais au 8e Forum de la Ticad

La huitième édition de la Ticad, la conférence de Tokyo pour le développement en Afrique, a achevé ses travaux ce dimanche à Tunis. Pendant ces deux jours, près de 300 hommes d’affaires dont 100 du Japon sont venus prospecter de futurs investissements. Pour les quelques startups présentes, c’était aussi l’occasion de démarcher de nouveaux marchés ou de développer le partenariat déjà existant avec le Japon.

Avec notre correspondante à Tunis, Lilia Blaise

En marge des conférences et des sessions plénières, l’entrepreneur Foued Kamel avance au pas de course. Il veut montrer aux Japonais présents à la Ticad, son prototype d’un avion amphibien, exposé en taille réelle dans le jardin la cité de la culture à Tunis : « Notre avion, il peut voler jusqu’à 1600 kilomètres 8 heures et il peut amerrir sur la mer dans les zones calmes. » Lui et son frère, fondateurs de la startup tunisienne d’avions légers Avionav, espèrent conquérir un nouveau marché, le territoire nippon. « On cherche des clients et des nouveaux marchés parce que l’investissement est déjà fait et nous avons beaucoup investi dans la technologie, dans la conception », explique Foued Kamel.

Les entreprises africaines attirent les investisseurs japonais

Et le continent africain est très attractif pour le secteur privé japonais. En 2021, les montants investis dans les startups du continent ont triplé par rapport à 2020 et les nouvelles entreprises ne cessent de se créer.


Lire la suite sur RFI