"Entre la religion et la technologie, c’est une vieille histoire de couple" : comment un prêtre dominicain veut réorienter les innovations vers l’humain

Noémie Bonnin
Éric Salobir a un profil particulier : il est prêtre catholique dominicain et à la fois spécialiste des nouvelles technologies. Il défend l’idée d’applications et d'objets connectés plus tournés vers l’Homme et le social.

"Entre la religion et la technologie, c’est une vieille histoire de couple". La phrase peut faire sourire, mais Éric Salobir en est convaincu : les innovations technologiques ne sont pas si éloignées de l'Église. En tous cas, elles peuvent se mettre au service de la spiritualité et plus généralement au service de l’Homme. Ce prêtre catholique dominicain préside le réseau Optic, qui travaille sur l’impact des technologies sur l’humain et la société.

franceinfo : Quels liens faites-vous entre religion et nouvelles technologies, y a-t-il des valeurs communes ?

Éric Salobir : Entre la religion et les technologies, c’est une vieille histoire de couple. Depuis Galilée ou même avant, il y a des super disputes, il y a aussi des grands moments d’amour. De nos jours, pour les gens qui sont en quête de spiritualité mais qui ne font partie d’aucune religion, la tentation c’est que la technologie devienne une forme de spiritualité ou de religion. Là, elle ne va pas faire le job, les gens vont être déçus au bout d’un moment, parce que ce n’est pas fait pour ça. La question, c’est comment on prend ça en compte et qu’on évite aux gens de se fourvoyer.

Ceux qui se vouent à la technologie un peu comme à une religion ou à un totem ('mon téléphone c’est mon doudou'), ça ne fonctionne pas, on sait que le totem ou l’idole, ça ne marche pas.

Éric Salobir

à franceinfo

La deuxième chose, c’est que je pense qu’il y a quand même une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi