Entre Macron et les LR, le cœur de Nicolas Sarkozy balance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Nicolas Sarkozy en train de signer son livre
Nicolas Sarkozy en train de signer son livre

En pleine tournée promotionnelle pour son nouveau livre et alors que la droite ne voit toujours pas émerger de consensus autour d'une éventuelle primaire, Nicolas Sarkozy s'exprime sur... la crise des sous-marins. En pleines tensions diplomatiques entre la France et les Etats-Unis, l'ex-chef de l'Etat a voulu apporter un soutien clair à Emmanuel Macron.

Soutien de Sarkozy, attaque des LR

"Le Président a eu raison de réagir fermement. Entre alliés, ça ne se fait pas. C'est inadmissible. Quand on est amis, ça donne des droits et ça créé des devoirs", a expliqué l'ancien locataire de l'Elysée à notre micro.

Un soutien sans ambiguïté qui fait tousser parmi sa famille politique. Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Michel Barnier... Tous les candidats de la droite ont été sévères avec le chef de l'Etat ces derniers jours.

"Le président de la République doit donner les explications lui-même, pas un ministre", a même estimé Xavier Bertrand, jugeant Emmanuel Macron "aux abonnés absents", dans le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI dimanche dernier.

Ménager la chèvre et le chou

Pas question pourtant chez les Républicains d'y voir un soutien affirmé de Nicolas Sarkozy et encore moins une critique de son ancien parti.

"Nicolas Sarkozy a réagi de façon républicaine et il n'est pas en exercice. Notre positionnement de personnalités politiques actives nous pousse à nous positionner différemment. Mais Nicolas Sarkozy ne donne en rien un satisfecit" à Emmanuel Macron, juge ainsi Annie Genevard, numéro 2 des LR, jointe par BFMTV.com.

Même son de cloche du côté de l'ancien secrétaire d'Etat, Roger Karoutchi. "Même quand les relations avec Hollande étaient fraîches, Sarkozy a toujours pris soin de soutenir l'Elysée sur les questions internationales, notamment sur Daesh. Il n'y a pas de raison qu'il fasse autrement aujourd'hui", nous répond ce proche de l'ex-président.

Ce dernier a également veillé à rester en filigrane dans les discussions de ses amis politiques. Il a ainsi rencontré pendant l'été les candidats putatifs de la droite, comme Valérie Pécresse et Michel Barnier, mais aussi Xavier Bertrand. Une façon de faire qui ne l'empêche pas de brouiller les lignes.

"Des intérêts communs"

Quand tous les candidats à la primaire -même Xavier Bertrand qui refuse pourtant de participer au processus de désignation- dînent ensemble à l'occasion des journées parlementaires à Nîmes, Nicolas Sarkozy déjeune le même jour avec Emmanuel Macron.

Plus largement, les deux hommes n'ont cessé de se mettre ensemble en scène depuis 2017.

"Ils ont des intérêts communs à se fréquenter l'un l'autre. Ca permet à Nicolas Sarkozy de rester au-dessus de la mêlée, de pouvoir donner des conseils, et ça offre à Emmanuel Macron l'occasion de faire des clins d'oeil à la droite", analyse un ancien ministre de droite.

L'ex-président a beau chercher à prendre de la hauteur, il peut aussi attaquer frontalement. "Macron a des failles", lâche-t-il à L'Express début septembre. "Quelques semaines auparavant, il attaquait aussi son parti, en faisant savoir à plusieurs journalistes qu'il estimait que les candidats à la primaire "n'avaient pas le niveau".

"Il multiplie les piques des deux côtés mais aussi les gestes de soutien. C'est assez malin et ça lui permettra de faire le choix qu'il juge le meilleur quand ce sera le moment", souligne un député LR.

De quoi devoir toujours compter sur Nicolas Sarkozy.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles