Entre l'entraîneur et son sportif, une relation étroite

Par Marie Laure Delorme
·1 min de lecture
L'entraîneur français Daniel Costantini (D) donne des consignes à Jackson Richardson (G), le 27 janvier 2000 à Rijeka.
L'entraîneur français Daniel Costantini (D) donne des consignes à Jackson Richardson (G), le 27 janvier 2000 à Rijeka.

Comment fonctionne le couple entraîneur-entraîné ? Jackson Richardson s'apprête à entrer sur le terrain, lors d'un match de handball contre la Norvège. Le joueur est un inventeur, un créatif. Il se tourne vers Daniel Constantini pour lui demander ce qu'il doit faire. Le sélectionneur de l'équipe de France de handball répond alors au handballeur de génie : « Tu n'es pas à l'armée. Joue ton jeu. » On peut les appeler entraîneur, coach, manageur. Chaque terme a sa propre nuance. L'entraîneur apprend la technique ; le coach possède une dimension psychologique ; le manager coordonne une équipe. Ils ont en commun de devoir être attentif à la relation humaine pour faire accepter à leurs athlètes de lourds sacrifices pouvant mener à la victoire comme à la défaite. Ils le savent : il est impossible de séparer émotionnel et rationnel.

Avantages et désavantages

L'auteur Hubert Ripoll est fondateur du premier laboratoire français de psychologie cognitive appliquée au sport et professeur à la faculté des sciences du sport de l'université d'Aix-Marseille. Il a rencontré une quarantaine de témoins pour comprendre l'art du coaching. Le métier d'entraîneur est une vocation. On retrouve à la source les valeurs familiales, les figures tutélaires. Les coachs sont souvent des sportifs de haut niveau ayant trouvé dans l'entraînement une manière naturelle de prolonger leur carrière. Il y a un avantage (ils connaissent de l'intérieur ce qu'ils enseignent) et un désavantage (le risq [...] Lire la suite