Entre 1 et 2 % des insectes disparaissent chaque année

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Le constat n’est pas nouveau, mais il est toujours aussi alarmant : les insectes disparaissent à la vitesse grand V. Entre 1 et 2 % des insectes disparaissent ainsi chaque année de la Planète, selon une nouvelle méta-étude parue dans un numéro spécial de la revue PNAS, écrit par 56 entomologistes à travers le mode.

Il est difficile d’avoir une idée bien précise de cette disparition, étant donné le nombre d’espèces concernées : les scientifiques en ont identifié environ un million, mais ils estiment qu’il en existerait au moins 4 à 7 fois plus. « Sur ce sujet, nous en sommes au même point que sur le réchauffement climatique il y a 30 ans : nous manquons cruellement de données », confirme May Berenbaum, un des coauteurs. Il apparaît en tous cas que le rythme de disparition des insectes est bien plus élevé que celui des autres animaux. Leur taux d’extinction serait ainsi huit fois plus rapide que celui des mammifères, des oiseaux et des reptiles selon une précédente méta-étude parue dans Biological Conservation. « Dans 100 ans, tous les insectes pourraient avoir disparu de la surface de notre Planète », s’inquiétait alors Francisco Sanchez-Bayo, l’un des auteurs de l’étude.

Un des exemples relativement bien documenté est celui des abeilles. Une étude publiée en octobre 2017 dans la revue PLoS One indique ainsi que la biomasse d’insectes volants a chuté de plus de 75 % entre 1989 et 2016 dans une soixantaine de zones protégées d’Allemagne (voir ci-dessous). En France, depuis 1995, le taux de mortalité des colonies est passé de 5 % en temps normal à 30, voire 40 %. Chez les papillons aussi, le déclin est dramatique : la population de papillons a chuté de 39 % depuis 1990 dans 16 pays européens selon une des études de PNAS.

Étrangeté du vivant : et l'insecte de l'année 2021 est...

La très grande diversité des insectes rend difficile une évaluation de leur déclin. © Michael Thomas
La très grande diversité des insectes rend difficile une évaluation de leur déclin. © Michael Thomas

Pollution, pesticides, urbanisation et réchauffement climatique

Les causes de cette disparition...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura