Entente. Poutine et Erdogan s’accordent pour “préserver le statu quo” à Idlib en Syrie

·1 min de lecture

Lors de leur tête-à-tête le 29 septembre à Sotchi, les présidents russe et turc se sont accordés pour éviter toute escalade incontrôlée dans la dernière région rebelle de Syrie qui échappe au contrôle du régime de Damas.

Le 29 septembre à Sotchi, le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, se sont convenus de “préserver le statu quo” dans la région d’Idlib, le dernier bastion rebelle qui échappe encore au contrôle du régime syrien, a expliqué un officiel turc au site Middle East Eye.

Et ce, alors que “des signes portent à croire que la Syrie et la Russie préparent une nouvelle offensive contre les rebelles proturcs” dans cette région du nord-ouest syrien frontalière de la Turquie, où la tension est montée d’un cran ces dernières semaines, constate le New York Times.

À lire aussi: Contrôle. Après Deraa, le régime syrien et ses alliés lorgnent Idlib

Les raids syriens et russes contre des combattants pro-Ankara se sont en effet intensifiés dans la zone depuis le début de l’été, même s’il y règne depuis quelques jours “un calme précaire”, écrit le site syrien Enab Baladi.

Cette montée des tensions est susceptible de rompre l’accord de cessez-le-feu signé par la Russie et la Turquie en mars 2020, après des combats entre les deux camps dans la province d’Idlib, qui avaient “entraîné Ankara et Moscou près d’une confrontation directe” et “menacé la Turquie d’une nouvelle vague de réfugiés”, rappelle le journal britannique.

Feuille de route

“Cette rencontre de trois heures entre les deux

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles