Enseigner la sexualité à l’école : profit ou risque pour l’enfant ?

Des programmes d’éducation à la sexualité sont à l’étude au ministère de l’Éducation nationale ; ils prévoient de détailler aux enfants la vie sexuelle des adultes, estimant favoriser leur épanouissement futur. Or la sexualité est pour l’enfant – non pas la question de la relation homme-femme, mais celle de la relation père-mère : c’est la procréation qui attise sa réflexion ; la sexualité n’est pas pour lui une question factuelle, mais existentielle.

À lire aussi Éducation sexuelle à l’école : des parents prudents

La curiosité de savoir « ce qu’il se passe dans la chambre des parents » dissimule un questionnement plus inquiet et centré sur sa place auprès d’eux, sa place depuis eux : moins « comment font-ils des enfants ? », que : « selon quelles attentes », question que chaque enfant se pose en son intimité naissante : « suis-je bien l’enfant dont ils souhaitaient la venue au monde ? ». L’enfant aspire au rapprochement tendre qui unit ses parents, il l’apprécie comme une confirmation qu’ils souhaitaient l’enfanter ; les détails de ce qui s’ensuit entre eux ne lui importent pas.

La curiosité de savoir « ce qu’il se passe dans la chambre des parents » dissimule un questionnement plus inquiet et centré


Il a tôt découvert qu’il y a deux sexes : garçons et filles ; et il s’interroge : son sexe anatomique satisfait-il leur vœu profond, d’avoir un fils, d’avoir une fille ? S’il y a concordance entre le lien filial et la réalité corporelle, en découle comme d’une d...


Lire la suite sur LeJDD