Enseigner avec un masque, l'expérience est mitigée chez les profs

Marine Le Breton
Enseigner avec un masque, l'expérience est mitigée chez les professeurs (Photo d'illustration)

ÉDUCATION - Après la maternelle, l’école primaire et les classes de 6e et 5e au collège, tous les établissements scolaires, lycées compris, ont rouvert lundi 2 juin. Ce retour sur le chemin de l’école dans le cadre de la deuxième étape du déconfinement est accompagné d’un protocole sanitaire strict d’accueil des enfants qui reste inchangé. Ce qui implique le respect des gestes barrières, et, pour les enseignants, le port du masque en classe.

Un challenge de taille pour les professeurs. Comme nous l’expliquions dans cet article, le visage est un réel outil de travail. “Le visage d’un enseignant, avec leur corps, est un outil extrêmement important. Avec le masque, ils en sont privés, c’est comme enlever sa truelle au maçon”, affirmait ainsi Françoise Lantheaume, sociologue et professeure des universités en sciences de l’éducation, contactée par Le HuffPost. “Les outils de travail des enseignants sont multiples. Ce sont des ressources intellectuelles comme les savoirs; matérielles, comme les tableaux, feutres, cahiers. Mais ils ont aussi leur voix, leur regard, et toutes les expressions faciales”, poursuivait-elle.

Articuler davantage

Des difficultés que les enseignants ont vite remarquées. “On doit faire des efforts, parler un peu plus fort pour bien articuler et être compris des enfants. Ils me disent qu’ils comprennent bien, mais un matin par exemple, un élève n’avait pas du tout compris la dictée”, relève Sandrine, enseignante en CE2 à Tourcoing, contactée par Le HuffPost. Même son de cloche pour Anne, qui enseigne les SVT au collège à Toulouse et tient le blog “Je ne suis pas une super maman”. Le masque rend la communication plus difficile. Cela m’oblige à parler plus fort et plus lentement, à articuler davantage pour être bien comprise”, explique-t-elle au HuffPost

Pour Katia, qui enseigne en maternelle, toutes sections mélangées, à l’école de Pujet-Théniers, dans l’arrière-pays niçois, le port du masque est supportable en classe sauf lors de deux moments bien...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post