Il enseigne la langue des signes en maternelle et les enfants adorent

Annabel Benhaiem

ÉDUCATION - Albert Tabaot est un personnage. Atteint de surdité, il a décidé de consacrer sa vie à la diffusion de la langue des signes. Même auprès des enfants. La ville d'Ostwald, dans le Bas-Rhin (67), lui a offert la possibilité d'initier des élèves de maternelle autour d'un conte. Et ils ont adoré.

Albert Tabaot a travaillé "Le petit bonhomme de pain d'épice" et "Boucle d'or et les trois ours" fin novembre, dans le cadre d'une semaine de sensibilisation au handicap, organisée par la mairie. On peut le voir dans la vidéo ci-dessous dispenser son cours.

Aux élèves de primaire, le professeur a enseigné "Toi+moi" la chanson de Grégoire, ainsi que la Marseillaise (seconde vidéo). Pour les collégiens, en classe de 6e, il a signé "Le petit chaperon rouge".


À chaque fois, les élèves participent avec énergie. On les voit apprendre très vite les signes et les reproduire dans une ambiance festive. L'apprentissage de cette langue semble plus rapide (et joyeux) que pour l'anglais ou l'allemand. Albert Tabaot a pour lui d'être "très expressif dans ses gestes et sur son visage, il sait très bien se faire comprendre des enfants par le mime", comme le remarquent les responsables de ce projet à la mairie d'Ostwald.

Il rentre aussi en contact avec les enfants atteints d'autisme

Cette dernière finance les interventions d'Albert. "Notre objectif est de sensibiliser les enfants et les adultes, précise-t-elle au HuffPost, pour leur démontrer que malgré leur handicap, les personnes sourdes et muettes peuvent communiquer, échanger et vivre comme les autres enfants, il suffit simplement d'adapter sa communication."

Si les cours d'Albert remportent un franc succès, c'est aussi parce qu'il parvient en une heure de présence à communiquer avec les enfants de la classe qui présentent des troubles liés à l'autisme, quand d'autres professeurs peinent à rentrer en contact avec eux tout au long de l'année.

Un Père Noël qui signe les chansons traditionnelles

Albert ne...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages