Une enseignante a-t-elle été arrêtée à cause d'une pancarte lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris ?

Benoît Zagdoun
Cette professeure parisienne, militante syndicale et "gilet jaune", a été interpellée samedi et placée en garde à vue avec son conjoint. Le motif : avoir brandi une pancarte où il était écrit "Castaner, le Goebbels de Macron". Le parquet doit statuer sur son cas.

A Paris, la mobilisation des "gilets jaunes", samedi 11 mai, se voulait un "soutien aux enseignants" opposés au projet de loi "pour une école de la confiance", la réforme portée par le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Dans le cortège parisien, des professeurs étaient donc aussi présents. Dans le live de franceinfo, vous nous avez demandé si une enseignante avait été interpellée au cours de la manifestation et placée en garde à vue à cause d'une pancarte qu'elle avait brandie où il était écrit "Castaner, le Goebbels de Macron".

Cette enseignante a été contrôlée une première fois par la police "avant le départ de la manifestation", raconte à franceinfo l'un de ses collègues, professeur à la cité scolaire Paul-Valéry, située dans le 12e arrondissement, et membre du Syndicat national Force ouvrière des lycées et collèges (SNFOLC). "Elle tenait une pancarte jugée outrageante par les policiers en civil", explique ce témoin de la scène. Le communiqué de Sud Education Paris évoque également "une pancarte désobligeante" à l'égard d'Emmanuel Macron et du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, sans la décrire davantage.

"Elle a fait disparaître la pancarte"

Par crainte d'une interpellation, la professeure a ensuite défilé entourée de ses collègues, relate le collègue de l'enseignante. Et, comme l'affirment (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi