Enseignante agressée au couteau: le lycéen mis en examen pour trois tentatives d'assassinat

Des gendarmes devant le lycée de l'Hyrome à Chemille-en-Anjou, à environ 70 km de Nantes, dans le Maine-et-Loire, le 27 mai 2024 (Sebastien Salom-Gomis)
Des gendarmes devant le lycée de l'Hyrome à Chemille-en-Anjou, à environ 70 km de Nantes, dans le Maine-et-Loire, le 27 mai 2024 (Sebastien Salom-Gomis)

Un lycéen de 18 ans a été mis en examen et écroué mercredi pour trois tentatives d'assassinat contre une professeure et deux élèves, après une agression au couteau en plein cours lundi dans un lycée du Maine-et-Loire, a annoncé le parquet.

A l'issue de sa garde à vue, l'élève "a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en examen pour trois tentatives d'assassinat sur son enseignante et sur deux élèves parce qu'il revendique une intention de tuer", a déclaré à la presse le procureur de la République d'Angers, Eric Bouillard.

"C'était pour lui le moyen de mettre fin à une pression qu'il ressentait, il avait envie aussi de savoir ce que c'était de tuer quelqu'un", a-t-il poursuivi.

Lundi peu avant 10 heures, le jeune homme, inconnu de la justice et qui ne s'était jamais fait remarquer dans son lycée de Chemillé-en-Anjou (Maine-et-Loire), a soudainement agrippé par derrière sa professeure d'anglais, lui entaillant la joue avec un couteau qu'il avait apporté dans son sac.

Après l'agression, il s'est enfui en abandonnant son arme, passant par une fenêtre avant d'être rapidement interpellé par la police municipale.

Selon le procureur, qui est revenu sur le déroulé des faits, après avoir reçu un coup au visage, l'enseignante "va se mettre en protection" et "penser à la protection des autres élèves".

Avant que les lycéens ne parviennent à sortir dans le couloir, "un premier élève va être victime d'une tentative de coup de couteau", qu'il parvient à esquiver.

L'agresseur "va ensuite s'en prendre à un deuxième élève, qui va se protéger avec une chaise, qui va être visé à six ou huit reprises", a ajouté M. Bouillard.

Il s'agit d'un "acte prémédité" de la part de cet élève qui n'avait "jamais été signalé à l'autorité judiciaire mais dont on va découvrir qu'on avait remarqué un comportement particulier, un peu bizarre" chez lui, a-t-il également dit, tout en précisant que le jeune homme ne ciblait pas spécifiquement cette enseignante.

ban-mb/all/cpy