Enseignante agressée à Combs-la-Ville: Marlène Schiappa demande la suppression de la vidéo des réseaux sociaux

·1 min de lecture
Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Egalité - Lionel Bonaventure - AFP
Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Egalité - Lionel Bonaventure - AFP

Invitée de France info ce lundi soir, Marlène Schiappa, ministre chargée de la Citoyenneté auprès du ministre de l'Intérieur, a expliqué avoir demandé la suppression de la vidéo montrant une enseignante violemment bousculée par un élève dans un lycée de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne.

"Cette vidéo, à ma connaissance, d'après ce que m'ont remonté mes services, ce soir, est encore disponible sur les réseaux sociaux. J'ai fait contacter l'intégralité des plateformes et des réseaux sociaux avec lesquels nous travaillons pour leur demander de faire retirer cette vidéo", a déclaré Marlène Schiappa sur France info.

La ministre a continué en expliquant que, quand une vidéo "relaie des faits qui sont des crimes ou des délits", le gouvernement "demande de la supprimer". Ces vidéos peuvent notamment être signalées via Pharos, rappelle Marlène Schiappa, la plateforme de signalement "pour tout ce qui concerne la haine en ligne et les contenus dangereux".

Trois lycéens en garde à vue

Ce lundi, trois lycéens du lycée professionnel de Combs-la-Ville ont été placés en garde à vue, en lien avec cette vidéo virale visionnée plus d'1,6 millions de fois.

Les images montrent l'enseignante devant la porte d'une salle de classe, en train de s'opposer à ce qu'un élève ne sorte. Celui-ci finit par ouvrir la porte violemment, projetant l'enseignante au sol, sous les rires de certains camarades de classe.

L'enseignante a porté plainte et le parquet de Melun a ouvert ce lundi une enquête pour violences avec circonstances aggravantes, car commises envers un enseignant et dans un établissement scolaire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles