« Enrichir les paiements d’une mesure d’impact environnemental va se généraliser »

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

L’enrichissement de la transaction bancaire. Ça vous parle ? Non ? Il n’y a rien de très étonnant à cela. Car le sujet reste encore un peu confidentiel. Pourtant, Alexis Normand, le CEO de Greenly, nous confie : « Je pense que l’idée d’enrichir les paiements d’une mesure d’impact environnemental est amenée à se généraliser. Dans le monde, un certain nombre d’acteurs de poids s’y mettent. La Deutsche Bank, la BNP, Nordea (Suède) par exemple. »

Alexis Normand, nous l’avions déjà rencontré début 2020. Il nous présentait alors le principe de la toute jeune application qu’il venait de lancer. Une application mobile qui mesurait automatiquement l’empreinte carbone de nos dépenses. Qui mesure toujours, d’ailleurs. Et mieux que jamais. Puisque, grâce aux retours des utilisateurs notamment, les équipes de Greenly ont continué à travailler pour affiner leurs analyses. Désormais, l’application permet à chacun de renseigner un profil utilisateur pour plus de précision. Pourquoi ? « Parce qu’un achat de 50 euros dans un supermarché n’a pas la même valeur carbone s’il s’agit de 50 euros de fruits et de légumes bio que s’il s’agit de 50 euros de viande de bœuf », nous précise Alexis Normand.

Réduisons efficacement notre empreinte carbone avec cette app

Et cette précision, les équipes de Greenly la mettent aujourd’hui aussi au service des banques et de leurs clients. « Je crois que certaines banques souhaitent sincèrement accompagner leurs clients, particuliers ou professionnels, dans la transition écologique. Elles y trouvent un intérêt, également, bien sûr. Car dans les missions des banques centrales figure déjà l’idée de protéger nos sociétés des risques systémiques du réchauffement climatique. Elles demandent ainsi depuis quelque temps aux banques de justifier de ce qu’elles font pour intégrer ces risques. Demain, elles pourraient décider de moduler leurs taux d’intérêt en fonction de la « qualité environnementale » des projets que les banques financent », nous explique le CEO...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura