ENQUETE. Des dessins inédits de Balthus dévoilent sa vie avec Frédérique Tison, sa compagne et muse

·1 min de lecture

Suivi d'un cortège de chats aussi efflanqués que lui, un homme s'avance, mains dans les poches d'un vieux pantalon de treillis. Ce marquis de Carabas, c'est Charles, le fils de Frédérique Tison, la muse et la compagne du peintre Balthus, la propriétaire du château de Chassy (Nièvre), disparue en 2018. Dans son dos, la silhouette majestueuse et délabrée d'un château de conte de Perrault avec ses quatre tours rondes, dont l'une s'est effondrée. Pendant une dizaine d'années, le peintre a vécu ici, dans les collines du Morvan, avec la jeune femme. Curieusement, cette période est peu évoquée dans les biographies de Balthus, alors que Frédérique Tison est très présente dans les Mémoires du peintre comme dans ses tableaux.

À l'intérieur du château, un choc pour qui connaît l'œuvre de Balthus. Chassy est une machine à arrêter le temps. Dans un désordre négligent, le décor et les éléments utilisés par l'artiste dans ses portraits ou ses natures mortes des années 1950 sont là, intacts. Les urnes en terre cuite sur la cheminée, le canapé tendu de brocart vert sombre, les tentures à frise grecque… "­Depuis leur accrochage à l'époque, elles n'ont jamais bougé", dit Charles. De longs rideaux rêches de poussière. Comme l'a noté un visiteur, la seule différence entre la toile et le décor, c'est l'odeur de pipi de chat qui imprègne la demeure.

Une vente aux enchères exceptionnelle

Profil de gypaète, un Charles Tison émacié qui pourrait être pris pour une réplique de ­Balthus grimpe les marche...


Lire la suite sur LeJDD