Enquêtes après une accusation de "viol" en garde à vue contre un policier parisien

·1 min de lecture

Deux enquêtes, administrative et pénale, sont ouvertes pour "viol" et "violences" après des accusations d'un homme d'une vingtaine d'années placé en garde à vue en avril contre des policiers du commissariat du XIXe arrondissement à Paris, a appris l'AFP jeudi de sources concordantes. Comme révélé par Streetpress et Le Media, "Tommi" a porté plainte mercredi pour "violences" à caractère raciste par personne dépositaire de l'autorité publique et "viol" aggravé.

Il avait déjà déposé plainte le 8 avril à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), ce qui a entraîné selon la préfecture de police l'ouverture d'une enquête administrative et selon le parquet de Paris l'ouverture d'une enquête pénale pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" et "viol par personne ayant autorité". Les deux enquêtes sont confiées à l'IGPN. Dans la plainte, "Tommi" raconte avoir été interpellé le 5 avril après avoir fui un contrôle de police portant sur une suspicion de vol de voiture qu'il conteste. A cette occasion, il assure que deux policiers l'ont "étranglé", frappé et insulté, l'un d'entre eux indiquant : "t'es mort, je vais te niquer ta mère, sale arabe".

"Les deux policiers ont déposé plainte pour outrage et rébellion"

Conduit au commissariat du XIXe arrondissement, qui fait déjà l'objet d'autres enquêtes sur des soupçons de violences policières, "Tommi" a été placé en garde à vue notamment pour "recel de vol" et "refus d'obtempérer". Au moment de sa fouille, selon...


Lire la suite sur Europe1