Enquête russe, crimes en Irak, fraude : Donald Trump poursuit les grâces

·2 min de lecture

La Maison-Blanche a publié mardi une liste de 15 personnes graciées. Parmi lesquelles deux hommes condamnés dans le cadre de l’enquête russe et quatre condamnés pour crimes de guerre en Irak.

A moins d’un mois de la fin de son mandat, Donald Trump nie toujours sa défaite mais agit bien en président sortant. Mardi, le président américain a publié une liste de nouvelles grâces présidentielles et commutations de sentences. Pas question, pour l'instant, de ses enfants Donald Jr, Ivanka et Eric, qu'il envisage de gracier pour les protéger des enquêtes qui les concerneraient, déjà ouvertes ou à venir.

Parmi les graciés figurent deux hommes condamnés dans le cadre de l’enquête russe : George Papadopoulos, éphémère conseiller de la campagne Trump, qui a effectué 12 jours de prison après avoir admis qu'il avait menti au FBI sur ses liens avec des contacts russes avant l’élection, et Alex van der Zwaan, avocat néerlandais et gendre d’un milliardaire russe, condamné à 30 jours de prison pour avoir menti au FBI sur ses liens avec Rick Gates, l’associé de Paul Manafort. Une façon pour Donald Trump de revenir sur ce qu’il a qualifié de «chasse aux sorcières», l’enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller sur les soupçons de collusion entre la campagne Trump et la Russie. George Papadopoulos, qui a récemment écrit un livre dans lequel il se présente en pion d’un complot visant à nuire à Donald Trump, s’est réjoui de sa grâce : «Merci, M. le Président !!! Ça vaut tout l’or du monde pour ma famille et moi !»

«La grâce d’aujourd’hui aide à réparer le mal que l’équipe Mueller a causée à tant de monde», a écrit la Maison-Blanche. Avant cela, Donald Trump avait gracié Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale qui avait admis à deux reprises avoir menti au FBI sur ses liens avec l’ambassadeur russe durant la campagne, et avait commué la sentence de Roger Stone, ami de longue date et conseiller, lui(...)


Lire la suite sur Paris Match