Enquête : "Rob Petrosian", le fan de Trump qui s’invente une vie de journaliste à la Maison Blanche

·8 min de lecture

Un journaliste à la Maison Blanche qui affiche son soutien pour Donald Trump et tente de discréditer Joe Biden ? Voilà un profil qui a de quoi casser les codes de neutralité de la profession. Une enquête menée par la rédaction des Observateurs de France 24 à propos des comptes sur les réseaux sociaux de "Rob Petrosian" montre que ce dernier n'est pas un vrai journaliste, et qu'il vit très probablement en dehors des États-Unis.

Il est présent partout. Sur Twitter, Facebook, TikTok, Instagram, Parler, YouTube, Telegram et même Pinterest, un compte qui s'appelle "Rob Petrosian" partage quotidiennement des photos et vidéos de sa prétendue vie de journaliste à la Maison Blanche. Sur TikTok, il se présentait jusqu’en novembre 2020 comme correspondant à la Maison Blanche du Washington Post. Aujourd’hui, sa biographie indique : "Actualités et événements pour Donald Trump".

Sur la plupart de ces plateformes, "Rob Petrosian" écrit que son lieu de travail est la Maison Blanche, sous-entendant qu’il travaillerait encore auprès de la présidence, ou qu’il serait toujours journaliste. Il publie aujourd’hui essentiellement des vidéos de Joe Biden - accompagnées de commentaires sarcastiques-, mais partage aussi des vidéos de Donald Trump.

En analysant ses publications et comptes personnels, il apparaît clair que la vie racontée par ce "journaliste de la Maison Blanche" serait inventée de A à Z. Les photos supposées montrer "Rob Petrosian" à la Maison Blanche ont en réalité été photoshopées, et les vidéos des évènements de la Maison Blanche ont été volées sur les comptes de vrais journalistes.

Légendes pro-Trump et anti-Biden

En se faisant passer pour un journaliste, "Rob Petrosian" a fait de ses comptes des machines à désinformation. Dans le tweet ci-dessous, il affirme que les Américains refusent d'appeler l’occupant actuel de la Maison Blanche "Président", selon un sondage… inexistant.

Dans la vidéo de Kamala Harris et Joe Biden ci-dessous, postée par le compte Instagram @rabertpetrosian, un texte affirme : "L’objectif de ces deux personnes est de détruire l’Amérique et les Américains avec leurs mauvaises mesures politiques. Regardez ce qu’ils ont fait au cours des deux derniers mois."

Le 5 avril, "Rob Petrosian" partage une vidéo de la Maison Blanche vue plus de 130 000 fois. Il affirme en légende que Joe Biden est sur le point d’être hospitalisé. La rédaction des Observateurs de France 24 a analysé cette publication. Conclusion : la vidéo partagée est ancienne, et Joe Biden n’était pas à la Maison Blanche ce jour-là, mais était apparu en bonne santé le lendemain.

Et cette intox n’est pas la première publiée par "Rob Petrosian". Le 26 mars, il affirmait que Kamala Harris n’était pas américaine mais indienne ; une semaine plus tôt, il publiait les résultats d’une enquête – inexistante, elle aussi – concluant que 40 % des votes en Arizona, Géorgie et Pennsylvanie avaient été modifiés par la Chine et l’Iran.

Le match des présidents

Au milieu de ce florilège de fausses informations, d’autres publications adoptent un ton différent et encensent Donald Trump : "Les patriotes aiment le président Trump", "Trump, meilleur président de notre existence" ou encore "le président Trump a toujours été le président le plus populaire d’Amérique".

La plupart des tweets contiennent des erreurs d'orthographe et de ponctuation en anglais, suggérant que la langue maternelle de leur auteur n'est pas l'anglais, et qu'il n'est pas non plus un journaliste.

Une analyse quantitative du compte Twitter de "Rob Petrosian" grâce à Twitonomy permet de confirmer son penchant politique. Les hashtags #Trump2024 et #PresidentTrump sont parmi les plus fréquemment utilisés (à 78 et 47 reprises depuis la création du compte en mai 2019, jusqu’au jour de la publication de cet article). Le hashtag #reporter est également utilisé assez souvent (42 occurrences) et entretient le mythe de sa fausse identité, tout comme celui de #WashingtonPost.

Compilation d’images volées

Si on ne prête pas attention à ces informations ni aux légendes des publications, les réseaux sociaux de "Rob Petrosian" ressemblent à ceux d’un journaliste lambda, avec des vidéos prises depuis la rotonde du Capitole, de protocole militaire à la Maison Blanche, du Bureau ovale, etc. La plupart de ces images sont en réalité reprises d’autres comptes : ceux de vrais journalistes et photojournalistes, comme celui de Jabin Botsford, photojournaliste pour le Washington Post. "Rob Petrosian" lui a subtilisé, entre autres, des images de Joe Biden s’adressant aux membres du Parti démocrate et du président s’apprêtant à signer des décrets.

Le compte de "Rob Petrosian" partage aussi des images de Donald Trump, tournées dans sa propriété de Mar-a-Lago ou sur les terrains de golf avoisinants.

Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, le Washington Post nous a confirmé que cette personne – ni aucun des autres alias utilisés par le passé – n’avait jamais travaillé pour le quotidien américain.

Désinformation d'usurpateurs

Ces comptes ont une audience cumulée considérable : plus de 5 000 abonnés sur Instagram et 10 000 sur Twitter. Le succès est considérable sur TikTok : plus de 290 000 abonnés et 4,8 millions de "likes". Certaines de ses vidéos avoisinent même le million de vues.

Mais ces contenus sont-ils néfastes ? Marianna Spring, journaliste spécialiste de la désinformation et des réseaux sociaux à la BBC, a un avis tranché sur la question :

"La désinformation, partagée par des usurpateurs - que ce soit un journaliste, un médecin ou un expert, ou quelqu’un brandissant des accréditations, peut être très dangereuse puisqu’elle repose sur notre confiance envers ces personnes et leurs institutions, et l’exploite pour promouvoir des fausses informations ou tout autre contenu erroné."

La journaliste dit ne pas avoir connaissance d’autres comptes usurpateurs de ce type en particulier et visant la politique américaine. Cette thématique, très polarisée dans l’opinion, est du pain bénit pour "Rob Petrosian" selon Marianna Spring :

"Dans ce cas, il utilise vraiment l’aspect émotionnel. Des opinions très fortes sont exprimées et, comme on le voit souvent, les journalistes qui font ça sur Twitter ont tendance à amasser un nombre assez important d’abonnés, donc c'est une technique assez efficace, même si on n'orthographie pas tout correctement."

Impossible de connaître la proportion des abonnés des comptes de "Rob Petrosian" qui croient à ses intox. Si de nombreux éléments peuvent faire douter du sérieux du compte, telle qu’une orthographe approximative et des photos de profil retouchées, une audience peu initiée ou plus jeune peut facilement tomber dans le piège selon Marianna Spring :

"Il suffit de faire défiler TikTok vidéo après vidéo pour voir le contenu d'une personne que vous ne suivez pas. Pour cette raison, il est beaucoup plus facile pour des comptes comme celui-ci, de développer une audience, en particulier s'ils utilisent un certain hashtag, ou s'identifient d'une certaine manière, en prétendant être une source d'informations."

Qui est derrière le compte de "Rob Petrosian" ?

Les Observateurs de France 24 ont tenté de contacter "Rob Petrosian" pour connaître les raisons - politiques ou non - de l'existence de ces comptes. Nous avons envoyé de multiples demandes par message privé et par e-mail, mais les comptes ont ignoré nos demandes et bloqué notre accès à leurs profils.

Le compte Twitter @RobPetrosian a toutefois partagé un extrait d'une vidéo des Observateurs de France 24 analysant l'une des intox qu'il avait partagée, en qualifiant notre rédaction de "Français qui ont formé un groupe en France pour discréditer les patriotes américains".

Photoshop à outrance

Les comptes présentent plusieurs photos qui semblent montrer "Rob Petrosian" à la Maison Blanche, posant avec Donald Trump et son épouse Melania, ou se tenant derrière le pupitre du porte-parole de la Maison Blanche. Sur toutes les photos, cependant, le visage a été photoshopé dans le cadre.

Sur cette photo, Trump et Filipe G. Martins, in conseiller du président brésilien Jair Bolsonaro.

Les photos de profil des comptes de "Rob Petrosian" changent régulièrement. Elles présentent systématiquement le même visage que celui qui a été photoshopé sur les photos de Trump. Pour les photos de profil, le visage est photoshopé sur la tête et les épaules d'un autre homme.

Le compte Pinterest de "Rob Petrosian" présente la plupart des photos de profil que ses autres comptes ont utilisé dans le passé. Grâce à des recherches d'image inversée, les photos originales peuvent être retrouvées. Dans la comparaison de photos ci-dessous, toutes les photos originales sont celles de l'acteur américain Ben McKenzie, sur lesquelles les comptes "Rob Petrosian" ont ajouté le même visage.

Identité cachée

Le même visage apparaît également sur le compte Facebook dans des photos plus anciennes qui ne semblent pas avoir été manipulées. Elles montrent un homme assis dans un grand fauteuil ou sur un banc dans un parc, ou encore posant devant un magasin de vêtements.

L'une des photos non retouchées, où un homme se tient à côté d’une vieille voiture, a été géolocalisée par les observateurs de France 24. L'enseigne Gant derrière lui et celle de Lacoste, que l'on peut voir à travers l'effet miroir de la vitrine, nous ont mené au centre commercial Aqua Florya à Istanbul, en Turquie :

Bien que nous ne puissions pas confirmer que cet homme est la personne derrière les comptes de "Rob Petrosian", nous avons pu retracer l'empreinte numérique de ces comptes. Grâce à des outils en ligne, nous avons pu retrouver partiellement un numéro de téléphone turc associé au compte Instagram de "Rob Petrosian". En outre, dans un tweet au sujet de Donald Trump, ce dernier a utilisé à plusieurs reprises le "i" majuscule avec un point, une lettre de l'alphabet turc.