Une enquête précise comment la journaliste Shireen Abu Akleh a été tuée délibérément par l'armée israélienne

La responsabilité israélienne dans la mort de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh ne faisait plus aucun doute. Même l’armée de l’État hébreu a fini par reconnaître « un probable tir de l’un de ses soldats ». Mais une nouvelle enquête précise les circonstances de sa mort.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

L’enquête a été menée par Al Haq, une ONG palestinienne de défense des droits de l’homme, et par Forensic Architecture, un groupe de recherche britannique utilisant des techniques et des technologies architecturales pour enquêter sur les violences commises par des États. Elle démontre que le tir meurtrier qui a atteint la journaliste vedette d’Al Jazeera en mai dernier, « était un tir délibéré », et non pas une bavure de l’armée.

►À lire aussi : Israël: l'armée reconnaît sa «probable» responsabilité dans la mort de Shireen Abu Akleh

Par des vidéos inédites, des témoignages de journalistes qui accompagnaient Shireen Abu Akleh, une cartographie de la zone du drame à l’aide d’un drone, une analyse sonore des tirs et une reconstitution en 3D, la nouvelle enquête retrace, seconde par seconde, la tragédie qui a coûté la vie à la journaliste d’Al Jazeera.

Tirer pour tuer

Quel est l’intérêt d’Israël de cibler des journalistes ? C’est le reporter Ali Samoudi, lui-même blessé ce jour-là qui y répond : « Israël n’accorde aucune valeur à la vie des Palestiniens. Si nous n’étions pas journalistes pour un média international, notre mort n’aurait ému personne. »


Lire la suite sur RFI