Une enquête ouverte sur la rénovation de l’appartement de Boris Johnson

·2 min de lecture

La commission électorale a annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer qui a financé la rénovation de la résidence du Premier ministre britannique.

Ambiance tendue ce mercredi au palais de Westminster. La rénovation de la résidence de Boris Johnson a été évoquée lors des questions au Premier ministre au Parlement britannique. Le député travailliste Keir Starmer n’a pas manqué d’attaquer le conservateur, après que la commission électorale a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les faits, «convaincue qu’il existe des motifs raisonnables de soupçonner qu’une ou plusieurs infractions ont pu être commises». «Contrats flous, des boulots pour leurs amis et de l’argent accessible, et qui était au cœur de tout cela ? Le Premier ministre, Major Ordure ici présent», a-t-il lancé, demandant «un gouvernement qui n’est pas embourbé dans l’immoralité, le favoritisme et le scandale». «Le Premier ministre va-t-il publier les détails aujourd’hui ou va-t-il attendre que la police vienne frapper à sa porte ?», a demandé l’élu du Parti écossais Ian Blackford, cité par Sky News.

Boris Johnson a assuré aux élus avoir «couvert les coûts» de ces rénovations «personnellement», remboursant l’argent avancé mais sans préciser qui l’avait payé initialement : «J’ai entièrement respecté les critères fixés», s’est-il engagé alors que le «Daily Mail» a révélé que le donateur conservateur Lord Brownlow avait fait un don de 58 000 livres destinées à «régler les paiements que le parti avait engagé dans le futur Downing Street Trust, une organisation que le gouvernement britannique cherchait à fonder afin de financer les travaux de rénovation de la résidence officielle du Premier ministre. «Toute déclaration ultérieure que je ferai, si j’en fais, sera après avoir été conseillé», a ajouté l’ancien maire de Londres. Le budget évoqué par les médias britanniques pour ces travaux au 11 Downing Street(...)


Lire la suite sur Paris Match