Enquête ouverte pour une photo de maillot floqué du nom de Mohammed Merah

Sur Twitter, le Toulouse Football Club avait qualifié ce flocage d'« abject et honteux », précisant qu'il « s'insurge de ce contenu, l'a signalé dès qu'il en a pris connaissance, et affirme que ledit maillot n'a pas été traité par les équipes des boutiques officielles du Club » (image d'illustration).  - Credit:BERTRAND GUAY / AFP
Sur Twitter, le Toulouse Football Club avait qualifié ce flocage d'« abject et honteux », précisant qu'il « s'insurge de ce contenu, l'a signalé dès qu'il en a pris connaissance, et affirme que ledit maillot n'a pas été traité par les équipes des boutiques officielles du Club » (image d'illustration). - Credit:BERTRAND GUAY / AFP

L’enquête a été ouverte pour « apologie du terrorisme » ce dimanche. Le club concerné, Toulouse, a dénoncé un flocage « abject et honteux ».

Le parquet de Toulouse ouvre une enquête pour « apologie du terrorisme » après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une photo d'un maillot du club de football de Toulouse floqué du nom de Mohammed Merah. L'« apologie du terrorisme par moyen de communication au public en ligne est un délit puni de sept ans d'emprisonnement », a précisé le parquet à l'Agence France-Presse, sans fournir plus de détails sur cette enquête « qui débute ».

Avant l'annonce de l'ouverture de cette enquête, le Toulouse Football Club (TFC) avait qualifié sur Twitter ce flocage d'« abject et honteux », précisant qu'il « s'insurge de ce contenu, l'a signalé dès qu'il en a pris connaissance, et affirme que ledit maillot n'a pas été traité par les équipes des boutiques officielles du Club ».

Le 19 mars 2012, Mohammed Merah avait tué par balle trois enfants et un enseignant juifs dans le collège-lycée Ozar Hatorah à Toulouse, après avoir abattu trois parachutistes d'origine maghrébine à Toulouse et à Montauban les jours précédents. Il a été tué le 22 mars 2012, après un siège de trente-deux heures de son appartement par le Raid.

VIDÉO - Meghan Markle menacée par le terrorisme d'extrême droite