Enquête sur la mort de Shinzo Abe : les motivations floues du tireur

Enquête sur la mort de Shinzo Abe : les motivations floues du tireur

Il a reconnu avoir assassiné Shinzo Abe. Les motivations de cet homme, apparemment sans histoire de 41 ans, ancien membre de la marine japonaise, demeurent floues.

Les liens de Shinzo Abe avec une organisation

Aux enquêteurs, il a évoqué les connections de l'ex-Premier ministre japonais avec une organisation, probablement religieuse, qui serait à l'origine des difficultés financières de sa famille.

Lors des perquisitions à son domicile, la police a saisi plusieurs objets artisanaux suspects ressemblant à des armes à feu, comme celle utilisée pour commettre son crime. Il s'est par ailleurs renseigné sur Internet sur le meeting de Shinzo Abe dans la ville de Nara.

Des failles dans la sécurité

Le chef de la police locale, Tomoaki Onizuka, a reconnu des failles dans la protection de l'ex-Premier ministre : "Je pense qu'il est indéniable qu'il y avait des problèmes avec les mesures de sécurité. Il est urgent que nous menions une enquête approfondie pour clarifier ce qui s'est passé."

Samedi, le corps de Shinzo Abe a été rapatrié dans la capitale Tokyo avant des funérailles prévues mardi.

Shinzo Abe, décédé à 67 ans, était le dirigeant le plus connu sur l'archipel, après avoir régné pendant presque neuf ans, un record de longévité au pouvoir pour un Premier ministre.

Il est mort alors qu'il faisait campagne pour les élections sénatoriales qui avaient lieu ce dimanche. Un scrutin particulier dans un Japon en deuil.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles