Enquête : médecines alternatives, que faut-il en penser ? (1/3)

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique

Les notes signalées par un numéro entre parenthèses sont à retrouver à la fin de l'article.

Savez-vous réellement comment différencier les médecines dites alternatives de la médecine scientifique ? Savez-vous réellement pourquoi des individus consultent ces thérapeutes dits alternatifs et les problèmes que ces pratiques peuvent poser ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions dans la première et la deuxième partie de l'enquête. Aussi, dans la troisième et dernière partie nous nous demanderons quelle place peuvent-elles avoir au sein de notre société.

Mais avant de commencer, quelques précisions. Cette enquête n’est pas écrite dans le but d’être hostile aux thérapies dites alternatives ni d’être complaisant avec la médecine dite conventionnelle (1). Son objectif principal est de transmettre des éléments de compréhension à toutes les personnes désireuses d’en savoir plus à ce sujet. Prise de précaution faite, nous vous souhaitons une bonne lecture.

Toute pratique qui soigne un mal quel qu’il soit fait partie de la médecine. Le problème est donc posé sur la nature du soin. « Qu’est-ce que soigner ? » permet de définir la médecine. © chamillew, Adobe Stock

Existe-t-il plusieurs médecines ? 

L’idée de médecine alternative laisse imaginer qu’il existerait plusieurs médecines. Mais cette pluralité médicale peut vite être mise à mal par un simple argument : quel est le but de la discipline appelée médecine ? Soigner. Dès lors, toute pratique qui soigne un mal quel qu’il soit fait partie de la médecine. Ainsi, le débat prend racine sur comment sait-on qu’une pratique soigne. Ici, le problème est donc posé sur la nature du soin. « Qu’est-ce que soigner ? » permet de définir la médecine.

Soigner, comme le rappelle le serment d’Hippocrate que tout médecin jure de respecter, c’est d’abord ne pas nuire ou selon la formule latine « Primum non nocere ». Un soin médical se définit de plusieurs façons selon l’affection de l’individu et nos connaissances. 

  • Si nous...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura