Enquête sur l'application "StopCovid" : l'avocat d'Anticor pointe "l'opacité" du projet

·1 min de lecture

Soupçons de favoritisme autour de l'application "StopCovid" (devenue "TousAntiCovid"), lancée par le gouvernement au printemps 2020. Le parquet national financier (PNF) vient d'ouvrir une enquête préliminaire pour favoritisme. Ce n'est pas le développement de l'application qui est en cause, mais le forfait facturé pour sa maintenance entre 200.000 et 300.000 par mois, selon des révélations de L'Obs, par une filiale de Dassault Systèmes, sans appel d'offres, selon l'association anti-corruption Anticor. Cette dernière alerte la justice depuis un an.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 21 mai

"Cela représente plus de 5,5 millions d'euros"

"Depuis le début, il y a une opacité dans la manière dont ce projet a été bouclé", explique Me Jean-Baptiste Soufron, avocat d'Anticor, au micro d'Europe 1. Selon lui, cette opacité s'est traduite d'un point de vue financier par, en apparence, une absence de marchés publics. "On ne parle pas de petits montants puisque si l'on met tout bout à bout, cela représente plus de 5,5 millions d'euros au fur et à mesure du développement de ce marché", ajoute l'avocat.

>> Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

"Argent public"

"C'est d'autant plus important que cette application a été annoncée dans l'urgence, touchant à une situation de crise et qu'il fallait donc procéder le plus vite possible", poursuit Me Jean-Baptiste Soufron. "C'est peut être vrai d'un point de vue matériel, mais ça ne doit pa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles