Enquête. L’horreur des exécutions publiques en Corée du Nord

·1 min de lecture

Selon une association de défense des droits humains, depuis l’accession au pouvoir de Kim Jong-un, en 2011, une vingtaine au moins de condamnés à mort ont été torturés et exécutés publiquement. Les témoignages font état d’une “cruauté extrême”.

L’enquête d’une association de défense des droits humains à Séoul présente un tableau glaçant de la peine capitale en Corée du Nord depuis l’accession au pouvoir de Kim Jong-un, il y a dix ans. “Les bourreaux nord-coréens torturent les condamnés, les mutilent post mortem et forcent les gens à regarder les cadavres”, rapporte The Times. Parmi les exécutions publiques recensées, sept étaient celles de personnes condamnées “pour avoir regardé ou diffusé des vidéos en provenance de Corée du Sud”.

Les enquêteurs du Transitional Justice Working Group (TJWG) ont recueilli des témoignages de Nord-Coréens ayant réussi à fuir le régime et font état de 23 exécutions publiques depuis que Kim Jong-un est arrivé au pouvoir, à la mort de son père Kim Jong-il, en décembre 2011, dont 2 par pendaison et 21 par fusillade. “Le nombre réel d’exécutions au cours de cette période est certainement beaucoup plus élevé”, souligne le quotidien britannique.

À lire aussi: La personne à suivre. Kang Na-ra partage sur YouTube son expérience de réfugiée de Corée du Nord

Les témoignages font état d’une “cruauté extrême” : avant leur exécution, un condamné est “traîné comme un chien”, un autre se trouve “dans un état proche de la mort avec des lésions visibles aux tympans”, un troisième est “attaché à un poteau de bois, des cailloux ont été fourrés dans sa bouche”. Le rapport indique qu’“à Pyongyang, en 2012 ou 2013”, la dépouille a été “brûlée au lance

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles