Enquête pour harcèlement et agression sexuels : Eric Coquerel assure n'être «pas fragilisé»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Raphael Lafargue/ABACAPRESS.COM
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale a assuré mardi ne pas se sentir "fragilisé" par l'enquête ouverte contre lui pour harcèlement et agression sexuels.

Le député LFI Eric Coquerel, président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, a assuré mardi ne pas se sentir "fragilisé" par l'enquête ouverte contre lui pour harcèlement et agression sexuels . "Je ne me sens pas fragilisé", à la tête de la commission des Finances de l'Assemblée, a-t-il affirmé lors d'un échange avec l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef), en refusant d'élaborer plus avant sur le sujet.

Une enquête a été ouverte la semaine dernière pour harcèlement et agression sexuels pour examiner la plainte déposée par la militante de gauche Sophie Tissier contre Eric Coquerel. Celle-ci l'accuse de faits pouvant selon elle "s'apparenter à une agression sexuelle" s'étant produits en 2014 à Grenoble.

La militante, ancienne figure des "gilets jaunes", avait rendu publiques ses accusations contre M. Coquerel juste après son accession le 30 juin au poste stratégique de président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Des "rumeurs infondées" selon lui

Le député avait dénoncé dans une tribune au Journal du dimanche le 3 juillet des "rumeurs infondées" sur son comportement avec les femmes. La présidente des députés LFI Mathilde Panot a aussi affirmé lundi qu'il n'y aurait "pas de mise en retrait d'Eric Coquerel" de la présidence de la commission des Finances malgré l'ouverture de cette enquête, alors que quelques jours plus tôt la députée écologiste et militante féministe Sandrine Rousseau, membre de l'alliance Nupes, avait appelé M. Coquerel à se mettre "en retrait" le temps de l'enquête.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles