ENQUETE FRANCEINFO. Pourquoi l'ultradroite a-t-elle embrassé la cause des "gilets jaunes" ?

Elise Lambert, Margaux Duguet
Plusieurs groupes d'extrême droite se sont affichés aux côtés des "gilets jaunes". Franceinfo a interrogé de nombreux responsables nationalistes, intégristes et identitaires sur les raisons de leur mobilisation.

La "peste brune" porte-t-elle un gilet jaune ? Au lendemain de la seconde mobilisation nationale des "gilets jaunes" le 24 novembre, des membres du gouvernement ont usé de formules lapidaires pour qualifier les auteurs, selon eux, de la plupart des dégradations commises sur les Champs-Elysées. Le ministre des Comptes publics Gérard Darmanin et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux ont ainsi fait tous les deux référence à l'expression utilisée pour décrire la montée du nazisme dans les années 1930.

Parmi les 5 000 manifestants présents sur la célèbre avenue parisienne, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a pointé à plusieurs reprises une "mobilisation de l'ultradroite" et a assuré que les forces de l'ordre avaient dû repousser des "séditieux". Un terme qui renvoie historiquement aux sanglantes émeutes antiparlementaires de février 1934 menées par des ligues d'extrême droite. Aujourd'hui, l'ultradroite française est une nébuleuse de formations aux sensibilités variées – nationalisme révolutionnaire, néofascisme, mouvances identitaires, catholicisme intégriste – qui opère en dehors des structures institutionnelles.

Samedi 1er décembre, plusieurs membres ou proches de groupes d'ultradroite – Action française, Bastion social (créé par d'anciens membres du GUD), Génération identitaire, L'Œuvre française ou encore Civitas – ont été repérés lors de rassemblements dans (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi