Une enquête pour financement illégal examine les liens unissant Emmanuel Macron au cabinet de conseil McKinsey

© Michel Euler/Pool via Reuters

Selon les informations données jeudi par Le Parisien , confirmées par la suite par l'Agence France-Presse, deux informations judiciaires ont été ouvertes en novembre pour des chefs de « favoritisme » et de « financement illégal de campagne électorale » par le parquet national financier (PNF). En mai dernier, l'instance avait enquêté sur les pratiques d'« optimisation fiscale » de la société américaine, présumant un « blanchiment aggravé de fraude fiscale ». Ce nouvel examen s'intéresse cette fois-ci aux conditions d’attributions de certains contrats publics dispendieux à l'entreprise McKinsey, de même qu'aux soupçons de financement occulte des campagnes présidentielles de 2017 et de 2022, à l'issue desquelles Emmanuel Macron a pris ses fonctions à l’Élysée.

Pour mener à bien cette enquête, trois juges d'instruction s'occuperont de ce dossier. Le doyen du pôle financier au tribunal judiciaire de Paris, renommé pour avoir mis en examen François Fillon dans l'affaire des emplois fictions de son épouse Penelope, Serge Tournaire compose notamment ce trio. Contacté par Le Parisien, le parquet national financier s'est d'abord refusé à « communiquer au sujet de ces informations », avant que le procureur de la République financier Jean-François Bohnert ne confirme l'ouverture des informations judiciaires dans un communiqué.

Lire aussi - On vous explique la polémique McKinsey en sept points

Un recours intensif aux cabinets de conseil ?

Dans rapport parlementaire de 380 pages, dévoilé ...


Lire la suite sur LeJDD